La poésie lyrique: anthologie personnelle

Pages: 9 (2072 mots) Publié le: 8 mai 2010
Anthologie poétique lyrique personnelle

Préface:

Avant de présenter cette anthologie, il me faut d'abord expliquer le terme « lyrique ». La notion de lyrisme unit traditionnellement la poésie au chant, faisant référence à la lyre, un instrument de musique très mélodieux. Orphée s'en servit pour ramener Euridice des Enfers en apaisant le gardien : Cerbère, dans la mythologie grecque. Lalyre est donc un symbole de l'inspiration poétique et des pouvoirs du poète.

D'après le Larousse, lyrique « se dit d'une œuvre poétique littéraire ou artistique où s'expriment avec une certaine passion les sentiments personnels de l'auteur ». Étymologiquement « antho- » signifie fleur et « -logie », discours. Littéralement ce mot signifie donc une sorte de cueillette des fleurs mais au sensfiguré il s'agit d'un recueil de poèmes sélectionnés.

Il a donc fallu opérer un choix dans l'immense littérature poétique française. Mes critères de sélection ont été : la capacité d'un poème à m'émouvoir par son/ses sens, sa musicalité, j'aime beaucoup les sonnets. La capacité d'un poème à me faire imaginer : par des métaphores recherchées, des points de vue ou des expériences que j'aurais encommun avec le poète, la capacité d'un poète à exprimer ses idées avec clarté ou encore celle de bien utiliser l'ironie.

Je vis, je meurs de Louise Labé (vers 1524-1566), du recueil Sonnets paru en 1555, est à mon sens un bon poème car c'est un sonnet régulier, et donc aux sonorités agréables. Le thème choisi, ce changement d'état perpétuel des personnes est proche de mon vécu. Ce poème a lescaractéristiques de la Pléiade, avec la première personne signe de l'interrogation sur soi, de plus on sent une démarche d'analyse de l'être humain et de ses sentiments, et notamment de l'Amour.

Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie ;
J'ai chaud extrême en endurant froidure :
La vie m'est et trop molle et trop dure.
J'ai grands ennuis entremêlés de joie.

Tout à un coup je ris et jelarmoie,
Et en plaisir maint grief tourment j'endure ;
Mon bien s'en va, et à jamais il dure ;
Tout en un coup je sèche et je verdoie.

Ainsi Amour inconstamment me mène ;
Et, quand je pense avoir plus de douleur,
Sans y penser je me trouve hors de peine.

Puis, quand je crois ma joie être certaine,
Et être au haut de mon désiré heur,
Il me remet en mon premier malheur.

Las, où estmaintenant... de Joachim du Bellay (1522-1560), paru en 1558 dans Les Regrets, est aussi un sonnet régulier, je le trouve donc aussi mélodieux, spécialement avec le rythme tertiaire du dernier vers: « Et les Muses de moi comme estranges s'enfuient ». C'est un poème clair aux images plaisantes, comme « vert tapi » pour de l'herbe. Ceci crée un grand réalisme et les mots ont plus d'impact. C'est aussiun poème de la Pléiade on le voit grâce au nombreuses références mythologiques mais de plus Joachim du Bellay était l'un des membres de ce cercle.

Las, où est maintenant ce mépris de Fortune ?
Où est ce cœur vainqueur de toute adversité,
Cet honnête désir de l’immortalité,
Et cette honnête flamme au peuple non commune ?

Où sont ces doux plaisirs qu’au soir sous la nuit brune
Les Musesme donnaient, alors qu’en liberté
Dessus le vert tapis d’un rivage écarté
Je les menais danser aux rayons de la Lune ?

Maintenant la Fortune est maîtresse de moi,
Et mon cœur, qui soulait être maître de soi,
Est serf de mille maux et regrets qui m’ennuient.

De la postérité je n’ai plus de souci,
Cette divine ardeur, je ne l’ai plus aussi,
Et les Muses de moi, comme étranges, s’enfuient.Sur la mort du fils de l'auteur de François de Malherbe (1555-1628) paru en 1628 dans Poésies est un poème dans lequel l'auteur a mis beaucoup de sincérité, de vérité. Il est un précurseur du classicisme et ce poème montre bien qu'il s'est éloigné du baroque : pas d'instabilité, d'apparence ou d'illusion mais de la vraisemblance et de la bienséance. Ce sonnet renferme tant de sentiments de...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Anthologie de poésies lyrique
  • Petite anthologie de poésie lyrique
  • L'expression personnelle des sentiments dans la poésie lyrique est elle forcément personnelle?
  • La poésie lyrique comme expression de sentiments personnels
  • Poésie lyrique
  • La poésie lyrique
  • La poésie lyrique
  • Poesie lyrique

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !