La presse sous l'affair dreyfus

999 mots 4 pages
La presse sous l’affaire Dreyfus

Le 19ème siècle fut celui des luttes pour les libertés et celui de l’essor des mouvements politiques. Une Presse libre se développe alors grâce notamment à la loi de 1881 affirmant que « l’imprimerie et la librairie sont libres » et où seul la diffamation publique peut être sévèrement réprimée. C’est à la fin de l’année 1894 et jusqu’en 1906 qu’une affaire juridique a bouleversé la société française. Au nom de l’affaire Dreyfus, la Presse française propose alors une surmédiatisation entraînant un véritable clivages entre pro et anti Dreyfusard au sain même de la société française. D’abord une chronologie du rôle de la presse chez dreyfusard et anti-dreyfusard sera étudiée et enfin le l’influence du celle–ci sur le pouvoir en place ainsi que la société sera traitée.

1. Anti-dreyfusard et raison d’état

➢ La publication de la France juive d’Edouard Drumont en 1886 marque la monté de l’antisémitisme en France. Ce contexte social n’épargne pas les institutions militaires où des articles de presse de la Libre Parole accusent des officiers juifs de « trahir par naissance » sa diffusion importante permet à son éditeur Edouard Drumont de toucher les couches populaires friand d’explication simplistes aux maux de cette société. Cette antisémitisme ce trouve aussi diffusé par l’Eclair, Le Petit Journal, La Patrie, L’Intransigeant, La Croix, en puisant les racine anti-juifs dans les milieux catholiques.

➢ A l’origine de l’enquête une lettre surnommée par le suite « le bordereau » destiné à l’Allemagne dévoile des informations sortant de l’Etat-major Français. Le 13 Octobre 1894 sans aucune preuve tangible et matérielle, le ministre de la Guerre le générale Auguste Mercier soupçonne alors un jeune officier de confession Israélite et d’origine Alsacienne. C’est alors que la culpabilité de Dreyfus est sans cesse défendu par des preuves fabriqués ou inexistante et surtout par la conviction de haut responsable : «

en relation