La prise de la bastille

585 mots 3 pages
Louis XVI fait mine de céder au tiers état. Mais, dès le 26 juin, il fait venir des troupes (20 000 hommes de régiments étrangers) sur la capitale. Or l’opinion parisienne est agitée. La bourgeoisie est déçue : pour l’instant, rien n’est sorti des débats à Versailles et elle a peur pour la survie de l’assemblée. Le peuple, lui, craint que les troupes ne coupent les routes du ravitaillement des Parisiens alors que, suite aux mauvaises récoltes de 1788, le prix du pain est au plus haut. Début juillet, des émeutes éclatent aux barrières d’octroi. Le roi renvoie ses ministres jugés trop libéraux, parmi lesquels Necker, contrôleur des Finances, renvoyé le 11 juillet. La nouvelle est connue à Paris le 12. Dans l’après-midi, dans les jardins du Palais-Royal, le journaliste Camille Desmoulins exhorte la foule à se mettre en état de défense. Il considère le renvoi de Necker comme une attaque contre le peuple. Dans les jardins des Tuileries et aux Invalides, les Parisiens se heurtent au régiment dit du Royal-Allemand du prince de Lambesc dont les soldats sont accusés d'avoir tué des manifestants.

Le 13 juillet, quarante des cinquante-quatre barrières d’octroi sont incendiées. Les réserves de grains des couvents sont pillées. Une milice bourgeoise se forme.

L'effervescence grandit. Le matin du 14 juillet 1789, les émeutiers parisiens partent chercher des armes. Dans une atmosphère révolutionnaire, ils pillent l'arsenal de l’Hôtel des Invalides où ils trouvent des armes et des canons mais pas de poudre. Ils arrivent ensuite aux portes de la prison royale de la Bastille pour chercher de la poudre et y retrouvent d'autres émeutiers massés devant la forteresse du Faubourg Saint-Antoine depuis le matin.

En juillet 1789, il n'y avait dans la prison que sept prisonniers dont quatre faussaires, ainsi que deux fous dangereux et un « délinquant sexuel » enfermés à la demande de leur famille (ce dernier, vraisemblablement le célèbre marquis de Sade, bien qu'il fût transféré le

en relation

  • Prise de la bastille
    798 mots | 4 pages
  • la bastille et sa prise
    1318 mots | 6 pages
  • La bastille
    606 mots | 3 pages
  • La prise de la bastille
    684 mots | 3 pages
  • La bastille
    573 mots | 3 pages
  • Plaidoirie claude geux
    597 mots | 3 pages
  • dossier quartier:épicerie sociale assistant de service social
    14840 mots | 60 pages
  • Analyse quali approche par arriere
    2519 mots | 11 pages
  • commentaire d'arrêt M.E
    1956 mots | 8 pages
  • Les ordres
    411 mots | 2 pages
  • Si c'est un homme de primo levie
    1687 mots | 7 pages
  • Ecriture d'invention sur la question de l'homme
    767 mots | 4 pages
  • Temoignage seconde guerre mondiale
    1281 mots | 6 pages
  • Bilan d'un québec
    265 mots | 2 pages
  • du silence de l'App:. au sceau du M:.S:.
    1477 mots | 6 pages