La question berbère et la mondialisation

2077 mots 9 pages
La mondialisation entraîne inévitablement une uniformisation culturelle.
Dans un réflexe de défense, dans une volonté d’échapper à l’anonymat, l’homme recourt au repli sur soi et finit dans un espace sécurisant mais parfois stérilisant que constitue la communauté. Deux extrêmes qui ne participent pas à l’épanouissement de l’humanité. La recherche d’une solution médiane aidera, pensons-nous, à créer des lieux d’autonomie où chaque individu pourra tisser les liens sociaux qui lui conviennent, ce qui ne l’empêchera pas de participer à la grande aventure de l’humanité, avec des valeurs de plus en plus partagées même si de nombreux couacs persistent encore. Une voie qui permettra, principalement aux minorités ou minorés et aux autochtones, d’échapper au joug imposé par une majorité tyrannique.
Trop longtemps, la vérité de l’Etat-nation s’est imposée à tous les citoyens qui ne sont plus que des individus atomisés, sans liens de solidarité de groupe autre que le dévouement à une hypothétique nation dont il faut épouser les symboles et intérioriser le discours.

Aujourd’hui, un autre regard s’impose sur l’organisation de la société humaine. Une organisation qui tienne compte de la part de subjectivité et de sensibilité qui sont en chacun de nous.
L’homogénéité est rarement le propre d’un pays. Il faut donc placer toutes les passerelles interculturelles pour que s’instaure l’intertolérance. La tendance jacobiniste des Etats-nations, qui veulent imposer des cultures, langues et identités uniques désignées sous le commode vocable de constantes nationales, ne peut avoir d’avenir dans un monde qui s’ouvre et se découvre.
L’intégration citoyenne ne peut se faire aux dépens de la diversité. L’humiliation, la dévalorisation et la frustration sont de mauvais ingrédients pour construire une unité nationale.

De par son histoire, l’Algérie ne peut être que multilingue, multiculturelle et multicultuelle. La démarche outrancière, qui consiste à vouloir imposer une idéologie

en relation

  • Anthropologie historique
    3572 mots | 15 pages
  • Monsieur
    7951 mots | 32 pages
  • Développement durable
    11755 mots | 48 pages
  • La place de la culture au Maroc
    2995 mots | 12 pages
  • Administrationet santé
    4893 mots | 20 pages
  • nationalisme
    6690 mots | 27 pages
  • la langue algerienne
    4313 mots | 18 pages
  • Marche public
    14751 mots | 60 pages
  • Développement durable et dénomination
    5949 mots | 24 pages
  • Le mena, une région en quête de leadership
    1405 mots | 6 pages