La république sera conservatrice ou ne sera pas - adolphe thiers

Pages: 7 (1634 mots) Publié le: 3 juin 2012
En 1872, la Troisième République, proclamée deux ans auparavant par Gambetta, n'a toujours aucune forme fixe dans son administration. L'année précédente, le chef du gouvernement Adolphe Thiers et l'Assemblée Nationale à majorité monarchiste ont signé un pacte à Bordeaux repoussant la rédaction d'une constitution républicaine. Ils espéraient de cette manière pouvoir rétablir la monarchie une foisla France remise de la défaite face à l'Allemagne.
Adolphe Thiers, à la fois chef de l’État et du gouvernement est un orléaniste, deux fois Président du Conseil sous Louis-Philippe, avant de se convertir à l'idée d'une république conservatrice. Le 13 novembre 1872, il fait une déclaration face à l'Assemblée Nationale où il prône cette république comme gouvernement légal et inévitable de laFrance.
Ce discours fut une véritable rupture dans la politique française des années 1870. L'étude de ce discours va tenter d'éclairer tout d'abord les raisons du renoncement à la monarchie, puis sur le projet de Thiers d'une République conservatrice comme compromis fédérateur entre toutes les sensibilités politiques. Enfin, les conséquences directes sur la politique française seront abordées,comprenant notamment la chute de Thiers et l'enracinement de la République.

Dès le début de son discours, Thiers clame la République comme gouvernement légitime et légal de la France ; c'est un revirement de situation, qui surprend les monarchistes, majoritaires à l'Assemblée. En effet, l'intervention du Baron Chaurand, député légitimiste ardèchois, rappelle l'accord qui avait été établi entrel'Assemblée et le chef de l'état Thiers. Le « pacte de Bordeaux », est une convention signée l'année précédente, ou les deux entités s'accordaient sur le fait que la mise en place de l'administration et le mode de gouvernement de la France devrait être remis à plus tard, la priorité étant donnée au règlement des indemnités de guerre à l'Allemagne et le combat contre la Commune. En fait, lesmonarchistes espéraient pouvoir opérer une nouvelle restauration une fois le pays calmé et sous contrôle. Mais par ses paroles, en affirmant la légitimité de la République, Thiers donne un véritable coup de poignard dans le dos des monarchistes, en fermant la porte à toute tentative visant à remettre un roi sur le trône de France.
Pourtant, Thiers était à l'origine favorable à une monarchieparlementaire : il prônait un roi qui « n'administre pas, ne gouverne pas, mais règne seulement » en 1830. Il fut deux fois Président du Conseil sous Louis-Philippe. Cependant, devant les événements qui suivent la défaite de 1870 à Sedan, toute restauration semble impossible. Dans une déclaration ultérieure à ce discours, Thiers explique « qu'il n'y a qu'un trône, et l'on ne peut l'occuper à trois ». En effet,les monarchistes sont séparés en trois tendances, qui considèrent comme légitime trois héritiers différents : les orléanistes veulent voir remonter sur le trône le Comte de Paris, alors que les légitimistes estiment que c'est le Comte de Chambord, aîné des Bourbons, qui doit prendre cette place. Les bonapartistes, eux, soutiennent le prince impérial, le fils de Napoléon III. Et même lorsqu'unconsensus semble se faire autour du Comte de Chambord, Henri d'Artois, le manifeste que celui-ci publie en 1871 annihile tout espoir pour les monarchistes : en effet, celui-ci perd toute crédibilité en se réclamant de droit divin et prônant le retour au drapeau blanc, symbole de la monarchie, et espère naïvement que la population le suivra.
Mais la population ne semble plus capable de cautionner unretour à la monarchie. Bien que le Parlement soit à majorité conservatrice, un grande partie des élus prônent un régime parlementaire. Le Président de l'Assemblée, Jules Grévy, est lui-même républicain. Les Français ont pris goût à la démocratie et n'hésitent plus à prôner leur droit. La Commune de Paris, parfois suivie en province comme à Lyon, en est un excellent exemple : le peuple réclame...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Adolphe thiers
  • Adolphe thiers "la monarchie de 1830"
  • Adolphe thiers : homme d'etat français
  • Adolphe Thiers
  • Adolphe thiers
  • Adolphe
  • Thiers
  • Adolphe

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !