La raison et le réel

Pages: 17 (4059 mots) Publié le: 25 mars 2012
Être objectif, c’est être capable de considérer les choses telles qu’elles sont. C’est ce qui fait que les règles à suivre pour qui veut être objectif sont celles qui garantissent qu’on s’en tienne aux choses elles-mêmes, sans préjugés dus aux sentiments, aux intérêts personnels, aux discours des autres, à ses préférences, sa situation particulière, son point de vue particulier ; c’est en ce sensque le jugement objectif (relatif à l’objet, et entièrement réglé sur lui) s’oppose au jugement subjectif, dans lequel intervient l’influence du point de vue du sujet, ou qui dépend de l’état du sujet. On voit alors que la première condition de la connaissance objective, puisque celle-ci consiste à s’en tenir aux choses elles-mêmes, est de s’abstenir d’interpréter. En effet, lorsqu’on dit dequelqu’un qu’il se lance dans des interprétations à propos d’un fait, on veut souligner qu’il se laisse aller à donner à ce fait un (ou des) sens qui relève(nt) de l’imagination, de conjectures, d’hypothèses dont la vérité ne peut être établie avec certitude. Interpréter, c’est prêter un sens à quelque chose, c’est lui donner le sens que l’on croit qu’il a, alors même que ce sens ne s’impose paségalement à tous et que les autres peuvent l’interpréter autrement. Interpréter, c’est donc par principe, dépasser ce que l’on peut connaître et vérifier ; cela requiert la mise en œuvre de la subjectivité du jugement. C’est pourquoi cela consiste bien souvent à projeter sur une situation son propre avis, son opinion. La connaissance objective, dont la forme d’ex-cellence est la science, doit donc seconstruire par le dépassement des divers points de vue subjectifs ou personnels qui résident inévitablement dans notre rapport aux choses, et qui relèvent de la fiction, de l’hypothèse, de l’imagination. Il ne s’agit pas, dans la connaissance, de dire ce que la chose est « pour moi », ou « selon moi », mais de dire ce qu’elle est en elle-même. On voit ainsi en quoi la connaissance objective ne peutse construire qu’à la condition que l’on s’abstienne d’interpréter : la science s’efforce d’expliquer les faits et non de les interpréter.
Pourtant, la science ne s’est-elle pas elle-même constituée comme un ensemble de théories, de modèles, de concepts et de conceptions, qui semblent requérir l’interprétation à plusieurs niveaux ? Toute théorie, en effet, est une explication qui va au-delà desphénomènes pour en dégager et en établir les relations, ne serait-ce que pour en penser l’unité. Une théorie est une présentation des cho¬ses, une représentation, jamais « les choses elles-mêmes ». Entre la chose et le discours sur la chose, il y a toute la part de la pensée, du discours, du travail intellectuel : la théorie pense les choses. Plus précisément, la connaissance objective ne semblepas se réduire à la connaissance de l’apparence des objets, à la manière d’une simple description, mais elle les analyse, elle les pense, comme elle pense la nature dans son ensemble. La science dit quelque chose des choses. Dès lors elle semble impliquer une part d’interprétation, au sens où l’interprétation consiste à dégager le sens non immédiat de ce que l’on voit. Ainsi, contrairement à ce quel’on pourrait penser, le recours à l’interprétation ne semble pas être seulement le fait du mythe ou de la fable : la connaissance la plus objective semble impliquer une part d’interprétation.
Ainsi, si connaître, ce n’est pas seulement décrire les choses (ce qui condamnerait au choix d’un point de vue toujours trop subjectif, car c’est toujours d’un certain point de vue que l’on voit), maisencore les comprendre (ce qui conduit à ne pas s’en tenir à leurs apparences), si c’est donner un sens aux choses sans donner cependant n’importe quel sens, il semble bien que la connaissance objective et l’interprétation entretiennent une relation complexe.
Première partie Connaître c’est pouvoir dire ce que sont les choses sans les rapporter à soi ; interpréter c’est rapporter à soi
Quand on...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Raison et réel
  • La raison et la réel
  • La raison et le réel
  • La raison et le réel
  • La raison et le réel
  • La raison et le réel
  • la raison et le réel
  • Raison et réel

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !