La religion implique t-elle une démission de la raison

454 mots 2 pages
Pascal - autrui (1)
Le moi pour autrui : la personne et ses masques sociaux

Pascal commence par dissocier l'unité du je en deux versants : notre moi «véritable» (nous, tels que nous savons que nous sommes réellement pour notre conscience intérieure) et le moi «imaginaire» (nous, tels que nous donnons l'illusion d'être à des consciences extérieures). Pour éclairer cette distinction, on peut penser à la différence du moi privé et du moi social. Dans la suite du texte, Pascal va décrire un véritable processus d'aliénation : nous préférons travailler à donner aux autres l'apparence de qualités déterminées, plutôt que de les développer effectivement en nous (à la limite, surenchérit Pascal, pour livrer aux autres l'impression d'une qualité donnée, nous serions prêts à cultiver en nous son contraire). On voit bien qu'ici de cette exigence active de reconnaissance, on ne conclut pas à une détermination plus riche de la conscience de soi, mais au contraire à un appauvrissement: dans cette quête d'une reconnaissance de l'autre, le moi disloque son unité et fait l'aveu de son «néant». Ce souci de paraître quelque chose quand on n'est rien, c'est l'orgueil.

Nous ne nous contentons pas de la vie que nous avons en nous et en notre propre être: nous voulons vivre dans l'idée des autres d'une vie imaginaire, et nous nous efforçons pour cela de paraître. Nous travaillons incessamment à embellir et conserver notre être imaginaire, et négligeons le véritable. Et si nous avons ou la tranquillité, ou la générosité, ou la fidélité, nous nous empressons de le faire savoir, afin d'attacher ces vertus-là à notre autre être, et les détacherions plutôt de nous pour les joindre à l'autre; et nous serions de bon coeur poltrons pour en acquérir la réputation d'être vaillants. Grande marque du néant de notre propre être, de n'être pas satisfait de l'un sans l'autre, et d'échanger souvent l'un pour l'autre ! Car qui ne mourrait pour conserver son honneur, celui-là serait infâme.

en relation

  • La religion implique t-elle une démission de la raison ?
    2133 mots | 9 pages
  • La croyance religieuse implique-t-elle necessairement une demission de la raison?
    1807 mots | 8 pages
  • Sujets de dissertation philosophique • « il peut y avoir conflit entre hommes de religion à l'esprit fragile et hommes de science à l'esprit ferme, mais non point entre science et religion. leurs mondes respectifs sont
    1936 mots | 8 pages
  • La croyance religieuse et la raison
    520 mots | 3 pages
  • Croyance et raison
    758 mots | 4 pages
  • Toute croyance est-elle une démission de la raison
    1923 mots | 8 pages
  • Philo
    773 mots | 4 pages
  • La religion
    2451 mots | 10 pages
  • Plan travail existentialisme est un humanisme
    1347 mots | 6 pages
  • La croyance religieuse implique-t-elle une démission de la raison ?
    1690 mots | 7 pages