La seconde république : du renversement de la monarchie de juillet au coup d'etat

Pages: 18 (4266 mots) Publié le: 8 mai 2010
LA SECONDE REPUBLIQUE (1848-1852)

I) L'euphorie révolutionnaire de février à avril 1848

a) les journées de février

Les journées de février sont nées du mouvement des banquets (les meeting politiques sont interdits par la loi), qui sont une manière de détourner la loi pour parler politique. On y demande l'abaissement du cens et l'élargissement du corps électoral. De juillet1847 à 1848, on voit se succéder environ 70 banquets. L'opposition se radicalise au fur et à mesure. Au début, on lève son verre à l'abaissement du cens, puis de plus en plus, les banquets sont présidés par des républicains (Arago, Ledru-Rollin) et les toasts sont portés en l'honneur de la république et du suffrage universel. Cette idée républicaine a le vent en poupe après avoir été discrédité etdisparue après 1815. Incarnée par Louis Blanc, notamment, ils veulent égalité politique et sociale. Certains, plus modérés et majoritaire, veulent juste l'égalité politique, avec le suffrage universel. On évoque la Révolution, pas la Terreur, mais la République girondine, libérale, décentralisatrice ; ainsi Alphonse de Lamartine (très populaire), diplomate, député, poète, publie une Histoire desGirondins qui a un grand succès. Même les élites royalistes pensent que avènement de la République est inéluctable (même Tocqueville, légitimiste, pense que république est "l'horizon indépassable" du paysage politique en France). On sent qu'il y a des troubles et qu'il va de nouveau y avoir une révolution. Les manifestations à Paris sont de plus en plus fréquentes en janvier : les étudiantsmanifestent contre l'interdiction par la monarchie de Juillet des cours de Michelet (historien qui a écrit Le Peuple, ce qui ne plaît pas à la monarchie) à la Sorbonne, accrochages avec soldats. Résultat de ces manifestations : le gouvernement interdit le grand banquet prévu en février 48. Républicains refusent et signent une pétition qu'ils veulent amener à chambre des députés pour réclamer la mise àpied du ministère qui ne respecte pas la Charte (liberté d'expression n'est pas respectée). Le 23 février, Louis-Philippe mobilise la Garde nationale. Le lendemain, le nombre des manifestants continue à grossir, des barricades apparaissent. Louis-Philippe adopte la tactique de ne pas provoquer les manifestants et on retire l'armée du centre de Paris, avec l'idée de revenir si les révoltes commencentà grossir. Les manifestants en profitent. Un changement de gouvernement s'effectue : François Guizot est démissionné (il est exécré par les républicains parisiens), les manifestants vont le narguer sous ses fenêtres, boulevard des Capucines. Les gardes prennent peur face à la foule et tirent : officiellement, il y a 16 morts mais probablement plus (environ 50). On met les corps sur des charriotset on les trainent dans toute la ville. C'est l'insurrection générale à Paris, qui réclame la république. Louis-Philippe démissionne Mollé, nommé la veille à la place de Guizot et nomme Barrot (gauche dynastique). Adolphe Thiers, qui est dans ce gouvernement (qui tiendra 15 jours), est pour sortir de Paris, l’encercler, attendre, et reprendre la ville (cela préfigure ce que sera sa stratégie aumoment de la Commune), mais le Roi ne veut pas faire couler de sang, ce qui est à son honneur. Il n'y a donc pas de combat pendant ces journées de février à part l'accident sous les fenêtres de Guizot. Louis-Philippe abdique en faveur de son petit-fils, et part pour l’Angleterre. Les républicains se souviennent de 1830 : on leur avait confisqué leur Révolution. La Chambre des députés est envahie etla République est proclamée à l'Hôtel de Ville. L'échec de la monarchie de Juillet est l'échec du modèle à l'anglaise en France. Le régime n'a pas su se créer une base sociale : il n'a pas assez élargi le corps social pour avoir des appuis un peu partout (dans la petite bourgeoisie notamment qui ne peut pas voter et bascule vers la gauche). Les bourgeois orléanistes qui soutiennent régime sont...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La monarchie de juillet
  • coup d'état
  • Monarchie de juillet
  • Monarchie de juillet
  • Monarchie de juillet
  • la monarchie de juillet
  • La monarchie de juillet
  • La Monarchie de Juillet

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !