la sexualité des Mosos

824 mots 4 pages
Les Mosos sont un groupe ethnique qui vit au sud-ouest de la Chine. Leur population est consistée de 30 000 à 50 000 personnes. Ils vivent dans une société matrilinéaire. Les enfants sont attachés à la mère et ne ressentent pas de rattachement à leur peur biologique. Ce sont les femmes qui s’occupent de pratiquement tout. (L’élevage des enfants ; la cuisine; le travail; l’héritage, etc.) Il y a plusieurs aspects qui caractérisent la culture Mosos et leurs traditions particulières.

Tout d’abord, la liberté sexuelle et l’amour libre sont des valeurs importantes pour les Mosos. La visite furtive en est un exemple. À 13 ans, une fille Mosos reçoit une chambre avec une fenêtre qui donne un accès à la pièce. La nuit, les hommes escalade le mur afin d’accéder à la fenêtre pour rejoindre la fille. Il n’y a aucun engagement entre homme et femme. C’est-à-dire qu’il n’y a pas de mariage. Les ruptures reviennent à effacer les liens entre deux membres de famille distincte. Un documentaire sur les Mosos tourné en 2011, est intitulé « l’effet de la pluie sur l’herbe », qui fait allusion aux relations entre les Mosos. L’homme est comme l’effet de la pluie sur l’herbe, peu importe qui arrose, ce qui compte c’est que la femme soit arrosée. La fidélité n’existe pas dans leur culture. Les femmes et les hommes peuvent avoir autant de partenaires qu’ils le souhaitent, sans qu’aucun jugement ne soit porté. Seul l’inceste est interdit.

Les Mosos se sont également dotés de normes informelles. La jalousie et la propriété est bien mal vue par les autres. Elles sont considérées comme des maladies honteuses. Pour reprendre l’exemple des visites furtives, plus une femme est belle, plus il y aura d’homme qui tenteront de lui rendre visite la nuit. Dans ce cas si, quelque cas de jalousie pourrait se former. Mais ça ne dure jamais longtemps puisque les hommes ont beaucoup d’autres occasions de se reprendre ou de choisir une autre femme. Puisqu’il n’y aucun droit de propriété,

en relation