La sexualité

4057 mots 17 pages
Sexologie fondamentale et anorgasmie coïtale féminine Komisaruk et al. [1] ont observé au moyen de l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle que l’autos- timulation du clitoris, du vagin et du col de l’utérus activait des régions dif- férentes du cortex sensoriel. Jusqu’à maintenant, la carte de la représentation corticale sensorielle génitale était basée presqu’exclusivement sur la réponse à une stimulation du clitoris dont l’inner- vation afférente est tributaire du nerf pudental. La projection du vagin et du col de l’utérus dans le cortex sensoriel humain n’avait pas encore été établie, et ce bien qu’il existe des nerfs (le pelvien, l’hypogastrique et le vague, par exemple) qui véhiculent les sensations en prove- nance du vagin et du col de l’utérus.
Cette découverte apporte un éclairage nouveau sur le débat qui anime la sexo- logie depuis plus de cent ans. En effet, Freud avait postulé que l’érotisme cli- toridien précédait l’érotisme vaginal dans le développement psychosexuel de la femme. Il importait donc à l’in- térieur de la théorie freudienne que la femme, en devenant adulte, ne reste pas fixée à la source de plaisir infantile que constitue le clitoris, mais qu’elle puisse évoluer vers une source d’excitation plus mature, en l’occurrence le vagin. Cependant, Freud n’a jamais parlé d’or- gasme clitoridien ni vaginal. Ces expres- sions nous viennent de Sylvia Payne [2] et d’Hélène Deutsch [3] qui ont effectué un glissement sémantique et affirmé que l’orgasme clitoridien était infantile et névrotique et que l’orgasme vaginal était le fait d’une femme saine et mature.
Durant les années 1970, les féministes se sont érigées contre la position de Freud car parler de supériorité vaginale équi- valait à prôner une dépendance envers le pénis et donc une dépendance de la femme envers l’homme. Et pour sup- porter leur thèse, les féministes ont fait référence aux recherches de Kinsey et al. [4] qui concluaient, suite à une expé- rimentation consistant à

en relation

  • Sexualité
    836 mots | 4 pages
  • La sexualité
    819 mots | 4 pages
  • Sexualité
    516 mots | 3 pages
  • La sexualité
    1224 mots | 5 pages
  • La sexualité
    3737 mots | 15 pages
  • Sexualité
    848 mots | 4 pages
  • Sexualité
    494 mots | 2 pages
  • La sexualité
    562 mots | 3 pages
  • sexualité
    1456 mots | 6 pages
  • Evoluton sexualité
    6261 mots | 26 pages