La société ouverte et ses ennemis

557 mots 3 pages
Le texte étudié est extrait de La société ouverte et ses ennemis. Un ouvrage rédigé par Karl Popper, l'un des plus influents philosophes des sciences du XXème siècle. Dans cet extrait, il va développer la place de l'expérience et de l'observation dans l'acquisition de nouvelles connaissances. Jusqu'où l'expérience et l'observation peuvent-elle valider une théorie ? L'auteur répond à cette question en évoquant les théories d'autres philosophes et en nous démontrant la justesse de ses idées. Mais suffit-il de faire appel à la critique ? Ne faut-il pas aussi recourir à l'autorité de l'expérience et de l'observation ?
Dans les toutes premières lignes de cet extrait, l'auteur nous expose la thèse principale du texte qui est que dans la réalité lorsque nous avons une théorie, pour la vérifier nous la soumettons à une expérience et nous observons son déroulement et son résultat. Pour Popper l'expérience et l'observation par les sens et notamment par la vue ne suffisent pourtant pas pour être certain de quelque chose. Pour lui on ne peut pas se servir de l'expérience en tant qu'autorité (opinion qui sert de référence, et à laquelle on reconnait une valeur certaine). Il emet une critique de certains philosophes qui considèrent que la perception par les sens est une réelle source de connaissance. On peut en effet tout à fait être persuadé que quelque chose est rouge alors qu'elle est en réalité verte pour certaines personnes atteinte de daltonisme, ce qui prouve bien que la vue et tous les sens ne sont pas de réelles sources de connaissances. Il prétend donc que nos expériences et observations ne sont pas des "données" (élément d'information servant de point de départ à un raisonnement) mais tout simplement un ensemble d'hypothèses et de conjectures qui s'ajoutent à nos croyances traditionnelles, qu'elles soient scientifiques ou non. Les connaissances scientifiques n'étant d'ailleurs d'après Nietzsche qu'une forme sophistiquée d'anthropomorphisme et donc pas une réalitée

en relation

  • Karl popper : la société ouverte et ses ennemis
    1571 mots | 7 pages
  • Karl popper " la société ouverte et ses ennemis"
    2236 mots | 9 pages
  • Le totalitarisme
    1314 mots | 6 pages
  • Les mutations des sociétés de 1850 à nos jours.
    1164 mots | 5 pages
  • Commentaire de j'accuse de zola
    888 mots | 4 pages
  • objet d étude n 1
    1780 mots | 8 pages
  • Philosphie dans la socité
    3396 mots | 14 pages
  • Ecjs culture de la peur
    1293 mots | 6 pages
  • Dissertation Scpo
    4147 mots | 17 pages
  • Le régime politique
    1371 mots | 6 pages