La souffrance au travail

2742 mots 11 pages
Commission de réflexion sur la souffrance au travail Atelier Management Constats et propositions

CONSTATS Un rapport paradoxal de la personne au travail
Le travail est un lieu incontournable de la réalisation de soi. Il mobilise le corps, l’intelligence et la subjectivité. C’est aussi par le travail qu’on entre en relation avec l’autre, qu’on crée du lien. Mais le travail libérateur peut devenir aliénateur. Comme l’explique Christophe DEJOURS, le travail « s’inscrit comme médiateur dans la construction de l’identité et de la santé » mais il peut également « contribuer à désorganiser l’identité, voire à la détruire et il devient alors un facteur pathogène de grande puissance. » On peut donc passer du travail « processus désirant » au travail « processus déstructurant ». Et le plaisir de travailler cède la place à la souffrance. Selon les témoignages recueillis auprès de responsables de sociétés internationales, les salariés français ont une productivité moyenne supérieure à celles de nombreux autres pays mais cette surproductivité horaire s’accompagne d’une mauvaise gestion du temps de travail. En France, il est important de montrer qu’on est présent, quitte à, pour certaines catégories comme les cadres, rester tard le soir, voire montrer qu’on est débordé. Le « j’ai trop de travail » est synonyme de « je suis indispensable ».

Le coût du management par l’excellence : la remise en cause du collectif
Depuis les années 1980, les organisations sont à la recherche de la « surperformance », développant pour cela des outils de mesure de plus en plus centrés sur la performance individuelle et de court terme au détriment de la prise en compte de la dynamique collective. C’est la quête de la « performance sans faille » pour reprendre une expression de Jean-Pierre LE GOFF. Cette culture de l’excellence se traduit d’ailleurs chez de nombreux cadres par un surinvestissement entraînant de leur part un déni des problèmes de stress au travail car ils ne prennent plus de

en relation

  • souffrance au travail
    1495 mots | 6 pages
  • La souffrance au travail
    703 mots | 3 pages
  • Souffrance au travail
    1012 mots | 5 pages
  • La souffrance au travail
    6029 mots | 25 pages
  • La souffrance au travail
    1182 mots | 5 pages
  • La souffrance au travail
    1068 mots | 5 pages
  • Souffrance au travail
    5800 mots | 24 pages
  • La souffrance au travail
    507 mots | 3 pages
  • La souffrance au travail
    8407 mots | 34 pages
  • Souffrance au travail
    1633 mots | 7 pages