La souveraineté individuelle

623 mots 3 pages
I. Les Origines de la Souveraineté Individuelle

L a souveraineté (du latin « superanus » qui dérive du latin classique « superus « supérieur ») désigne le droit exclusif d'exercer l'autorité politique (législative, judiciaire et/ou exécutive) sur une zone géographique ou un groupe de peuples.
Le concept émerge avec celui de l'État, au Moyen Âge.
Le souverain est donc au départ une personne identifiée ( tel que le représentant de l'État, ainsi donc le Roi), puis se détache de plus en plus de sa personne pour devenir un concept théorique indépendant et intemporel. La souveraineté n'est donc qu’en principe étatique. Le concept émerge pour la première fois avec Jean Bodin dans « Les Six livres de la République ». Il ne recouvre en effet aucune notion de la législation romaine : ni l' « imperium », qui désigne une simple « puissance de commandement militaire », ni la « summa potestas », qui se rapporte à un « pouvoir de vie et de mort », ne synthétisent ce vaste ensemble dit conceptuel. Cette absence de précédent est donc mis en évidence par Jean Bodin : « Il est ici besoin de former la définition de la souveraineté, car il n'y a ici ni jurisconsulte, ni philosophe politique, qui l'ait définie ». En tant qu'outil théorique, la Souveraineté témoigne des conditions intellectuelles et politiques d'une époque déterminée : la Renaissance.

La souveraineté cesse en effet progressivement de se dégager d'un rapport de force militaire et symbolique, pour dégager d'une représentation concrète du pouvoir étatique. L'essor de la notion de raison d'Etat à la Renaissance correspond à cette mutation. En tant que production d'une rupture sociale particulière, la souveraineté imprègne de ce fait, la pensée de la Renaissance. La souveraineté populaire a été défendue, à l'origine, par les révolutionnaires « radicaux », notamment par certains importants philosophes des Lumières avec en première place Jean Jacques Rousseau dans

en relation

  • Exposé benjamin constant, principes de politique
    2531 mots | 11 pages
  • Europe et état
    921 mots | 4 pages
  • La souveraineté
    851 mots | 4 pages
  • Partagez-vous cette analyse de constant selon laquelle le contrat social induit une perte de liberté individuelle?
    1145 mots | 5 pages
  • Sciences po
    2164 mots | 9 pages
  • La démocratie
    2848 mots | 12 pages
  • Souv_Europe
    6422 mots | 26 pages
  • Plan théorie du droit M2
    473 mots | 2 pages
  • La démocratie
    1340 mots | 6 pages
  • Commentaire droit constitutionnel
    1025 mots | 5 pages