La subjéctivité du droit

Pages: 22 (5293 mots) Publié le: 19 octobre 2013
Qu'il me soit tout d'abord permis de saluer ici la mémoire de trois philosophes qui étaient mes aînés, mes maîtres, mes amis: Jean Wahl, esprit agile, intelligence acérée qui piquait de son dard paralysant les énoncés les mieux étayés; Jean Wahl expert en paradoxes, dont l'immense savoir s'émiettait en propos syncopés, et chez qui la négativité méphistophélique était l'envers d'un désir duconcret et de l'immédiat transmués en beauté poétique et artistique; Vladimir Jankélévitch jongleur de pensées, virtuose de la parole et de l'écrit, musicien aux écoutes d'un presque rien qui serait le chant de l'âme ou le secret du temps - Emmanuel Lévinas, enfin, sensible et sage, dissimulant la passion intérieure sous les dehors d'une timidité exquise et d'une observance fidélissime, humble hérautd'une morale sublime qu'il se faisait un devoir d'exalter. Wahl, Jankélévitch, Lévinas, trois amis, trio insigne de professeurs de philosophie qui ont honoré leur tâche d'éducateurs et leur métier de serviteurs de la vérité.








*

* *





Le statut du sujet est assurément le thème central de l'oeuvre polyvalente d'Emmanuel Lévinas, dans une confrontation inavouée avecla triplicité hégélienne substance-sujet-système. Mais la subjectivité ne va pas sans problèmes, d'autant qu'elle s'érige seulement pour être altérée et comme dévastée. L'extradition du sujet est le récit ou l'intrigue des deux livres majeurs qui se complètent et se répondent: Totalité et Infini, et Autrement qu'être. Ils ont une inspiration commune. Lévinas avouait une certaine préférence pourle second, dans lequel il avait mis toute sa véhémence, tout le pathos possible, créant une terminologie de toutes pièces dans une langue admirablement apprise. Mais Autrement qu'être, avec la critique de l'ontologie et le renversement copernicien de l'a priori, ne dément pas le livre de 1961. Simplement le style est plus frémissant, heurté, voire haletant. Le lecteur de Totalité et Infini,cependant, ne se sent pas déconcerté, encore moins dépaysé.

Il peut sembler paradoxal d'aborder Lévinas par le biais du sujet. Le sujet est du côté du Moi, c'est-à-dire du Même, de l'Identité, donc de ce qu'il s'agit de destituer. Tout au plus irait-on du même au même par l'autre du même. Or Lévinas vise une éthique entièrement axée sur autrui, qui reçoit de l'autre homme sommation (comme Fichte),injonction et norme. Donc une hétéronomie absolue, qui décentre le sujet totalement. Il est symptomatique que, prenant son point de départ chez Descartes, Lévinas écarte d'emblée le Cogito pour mettre à sa place l'idée de l'infini, cette merveilleuse idée qui déborde son ideatum, infini du désir qui est désir de l'infini. Mais d'où vient-elle, cette idée incomparable? Elle n'est pas engendrée par lesum cogitans, c'est Dieu qui l'a implantée dans la conscience. Mais pour notre philosophe l'éveil de la conscience morale, la manifestation de l'infini, c'est l'autre qui les suscite, c'est le face-à-face. Néanmoins le Je, le sujet, n'est pas pour autant réduit à une pure réceptivité.

Certes Lévinas appartient à la tendance de la philosophie moderne qui fait dépendre en droit la subjectivitéde l'intersubjectivité, une tendance dont les représentants sont nombreux. Max Scheler, Martin Buber, Ferdinand Ebner, Gabriel Marcel, Maurice Nédoncelle, et bien d'autres dont Franz Rosenzweig avec son diagramme des pronoms personnels qui toutefois privilégie le Vous de majesté. À plusieurs reprises Lévinas s'est expliqué amicalement avec Gabriel Marcel et, un peu moins aimablement, avec MartinBuber1. Il est réticent devant la «vie en dialogue» et l'échange paritaire du Je-Tu, la rencontre des Egos comme des égaux, l'interchangeabilité du toi et du moi, comme Tristan et Yseult. À la relation symétrique qui émousse toutes les différences il oppose une dissymétrie de subordination et de hauteur. L'invocation d'un Toi absolu ou éternel, un «éther» spirituel dans lequel communie l'immense...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La subjectivité
  • La subjectivité
  • Internet et subjectivité
  • Subjectivite du journalisme
  • Subjectivité du poète
  • Subjectivité evaluation
  • Marx subjectivité
  • La subjectivité et l'universel

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !