La théorie des essences husserlienne est-elle un simple platonisme?

3560 mots 15 pages
LA THÉORIE DES ESSENCES HUSSERLIENNE EST-ELLE UN SIMPLE PLATONISME?

Simon-Pierre Paradis

Table des matières

Introduction 3

La théorie platonicienne des formes 4

La conscience comme intentionnalité 6

La théorie des essences de Husserl : fondamentalement différente d’un « réalisme des essences » 9

Conclusion 13

Bibliographie des œuvres citées et consultées 15

Introduction

Dans son projet phénoménologique, Husserl prétend montrer comment le monde est inclus dans l’absolu du sujet. Comment l’objectivité est construite à partir même de l’expérience de conscience la plus profonde : l’intentionnalité. Au sortir des Recherches Logiques, il est conduit à formuler plusieurs questions dont la suivante : « […] que signifie pour l’objet d’être “en-soi” et “donné” dans la connaissance […] »[1]? Cette question fait référence à la possibilité du sujet de connaître les objets tels qu’ils sont réellement, de connaître l’objet comme il se donne purement à nous. Cela rappelle le projet de Kant de refonder la métaphysique[2], mais Husserl entreprend le problème de façon totalement différente, car il ne sépare pas l’objet « en-soi » du sujet; il ne limite pas non plus la connaissance du sujet en raison de son statut; ni ne pose un sujet pur comme existant réellement. Il y a dans la phénoménologie, en raison du statut des essences (Eidos), la possibilité d’avoir une forme de transcendance dans l’immanence. Les essences sont chez Husserl le fond constitutif des choses empiriques, l’idéal qui construit et détermine mes rapports aux choses. Cependant, il y a une tension qui ressort de cette affirmation, car il y flotte un risque de mésinterprétation de la théorie de Husserl : celui d’associer sa théorie a un « réalisme des essences » ou ce qu’on pourrait appeler un platonisme. Cela est généralement accepté que d’une certaine façon, sa théorie est similaire à la théorie platonicienne des formes en tant qu’une théorie affirmant la

en relation

  • Philosophie - conscience, vie et subjectivité
    21135 mots | 85 pages
  • verité
    10196 mots | 41 pages
  • Deleuze et le problème de la vie - vers une ontologisation du quotidien
    20798 mots | 84 pages
  • Tibo
    12276 mots | 50 pages
  • Thèmes philosophiques
    76340 mots | 306 pages
  • sciences
    78209 mots | 313 pages
  • Identite
    85485 mots | 342 pages
  • Kgfdfg
    88297 mots | 354 pages
  • Soral Alain - Sociologie du dragueur
    70648 mots | 283 pages