La théorie du « constructing norms of humanitarian intervention »
de martha finnemore

10511 mots 43 pages
La théorie du « Constructing Norms of Humanitarian Intervention »
de Martha FINNEMORE, appliquée au cas de l’intervention humanitaire au Rwanda en 1994

Sommaire

INTRODUCTION

VERIFICATION DE LA THEORIE

I. L’élargissement de la notion d’Humanité

II. Le multilatéralisme de l’intervention militaire humanitaire au Rwanda

III. Une intervention humanitaire intéressée ?

CONCLUSION

BIBLIOGRAPHIE

Introduction

Selon le sénateur belge Alain Destexhe, « les valeurs modernes universelles sont les Droits de l’Homme, la justice et l’Humanisme. On doit toujours venir au secours d’un peuple en détresse ». Néanmoins, les interventions humanitaires doivent s’effectuer dans le respect des normes. Ainsi, Martha Finnemore analyse le rapport entre normes et interventions humanitaires.

Martha FINNEMORE est professeur de Science Politique et d’Affaires Internationales à l’Université George Washington. Elle est experte en Organisations Internationales, ainsi qu’en éthiques en affaires internationales.
Les idées et les intérêts de Martha Finnemore l’associent au courant de pensée constructiviste, selon lequel le changement est pensé à partir du rôle de l’impact des idées. Ainsi, la norme va définir le comportement des Etats et réguler l’emploi de la force.

L’ouvrage de Martha Finnemore que nous utiliserons principalement pour notre étude est The Purpose of Intervention qui a remporté en 2003 le prix de l’Association Américaine de Science Politique Woodrow Wilson. Dans cet ouvrage, elle constate une évolution de la forme et de la signification des interventions militaires par les Etats. Pour étudier ce changement dans les conduites des acteurs internationaux, elle distingue les différentes interventions militaires en trois catégories : l’intervention dans le but de collecter des dettes l’intervention militaire humanitaire l’intervention pour assurer la paix et l’ordre international

Dans le cadre de notre analyse, nous n’étudierons que le cas des

en relation

  • Psychologie
    25152 mots | 101 pages