La traduction

1219 mots 5 pages
Traduire, qu’est-ce-à dire ?

Christian BALLIU
ISTI – Haute Ecole de Bruxelles
ISIT, Paris

Depuis les années 1950, la traduction a fait l’objet d’une réflexion ordonnée et s’est érigée en discipline indépendante de la linguistique. On pourrait croire ingénument qu’en se libérant du verrou linguistique qui l’emprisonnait, la traductologie allait quitter les sables mouvants de la linguistique contrastive pour s’installer véritablement au carrefour de disciplines annexes, comme la sociolinguistique ou les sciences cognitives, aujourd’hui à la mode.

En réalité, force est de constater que l’enseignement de la traduction est encore complètement inféodé à une structuration et à une philosophie linguistiques, dont la matérialisation est le texte à traduire. Et les sempiternelles questions sur la fidélité en matière de traduction, la traditionnelle opposition entre sourciers et ciblistes, ne prennent pas en compte les réalités du marché et ce partenaire privilégié qu’est le client. C’est ainsi que le marché, mot tabou s’il en est dans les études de traductologie, est rarement invoqué, y compris lorsqu’il s’agit de déontologie.

Qu’on le veuille ou non, c’est le client qui s’érige souvent en dépositaire unique de la traduction et ses préoccupations vont bien au-delà des seules considérations linguistiques pour réussir l’acte de communication. L’histoire de la traduction conforte d’ailleurs cette assertion.

Ma toute première expérience de traducteur indépendant, dans le domaine médical, fut à la fois traumatisante et salutaire. J’avais littéralement léché ma traduction, en étais assez fier tout en craignant le verdict implacable de mon premier client. Celui-ci me reçut en me disant que j’avais un beau style, mais que ma traduction ne convenait pas, sans doute – me disait-il « par péché de jeunesse ». Lorsque je lui demandai la raison de sa désapprobation – que je considérais en réalité comme un désaveu de mes qualités mais aussi de la formation que

en relation

  • Traduction
    2468 mots | 10 pages
  • Traduction
    5732 mots | 23 pages
  • Traduction
    628 mots | 3 pages
  • La traduction
    1468 mots | 6 pages
  • La traduction
    3790 mots | 16 pages
  • Traduction
    962 mots | 4 pages
  • traduction
    624 mots | 3 pages
  • Traduction
    347 mots | 2 pages
  • Traductions
    2511 mots | 11 pages
  • la traduction
    6271 mots | 26 pages