La violence est-elle un moyen décisif en politique ?

Pages: 16 (3964 mots) Publié le: 3 mai 2010
De prime abord, il parait désormais normal de condamner la violence comme étant l’apanage du barbare, d’un être pour qui le chaos prime sur le vivre ensemble inhérent à toute communauté politique. Or comme nous le raconte Tite-Live dans l’Histoire Romaine, la violence est parfois un élément salvateur, un acte politique incomparable à tout autre. Ainsi lorsque Rome est assiégée par Tarquin leSuperbe et Porsenna, un jeune patricien nommé Caius Mucius n’hésite pas à se glisser dans les rangs ennemis pour abattre le roi Etrusque. Arrêté, il pose sa main sur une torche tenue par un garde du roi et alors qu’elle se consume peu à peu, il apprend au roi le serment qu’une partie de la jeunesse romaine a prêté, celui de n’avoir de répit qu’une fois ce dernier tombé sous leurs coups. Cet acte,d’une violence physique et symbolique inouïe, a pourtant permis la fin du siège de Rome et a resserré la communauté politique autour du héros, désormais appelé Scaevola.
Et ainsi, si la violence ne peut certes être à elle seule le ressort du politique, de même ne peut-elle pas être écarté d’un trait de plume au nom de la dureté et de la brutalité qui la caractérise. Nombreuses sont les formes degouvernement dans l’histoire, des plus vertueuses ou plus arbitraires, à avoir usé de cette dernière, et ce en parfaite connaissance de cause. Et ainsi, de même que dans la tragédie, le surgissement du Deus ex machina vient-il rétablir une situation désespérée, la violence semble être dans la sphère politique cet indépassable capable de faire table rase des troubles du passé afin d’assurer la surviedu groupe. Pour autant, reconnaître cette efficacité de la violence c’est aussi et en même temps reconnaître les potentiels dangers qu’accompagne son emploi. Si en de maintes occasions, y recourir a effectivement permis un progrès du politique, par exemple pendant la Révolution française, on ne peut nier que son usage s’est aussi soldé sur des carnages et des destructions qui, dans le cas de laRévolution bolchevique, se font encore sentir de nos jours. Voilà sans doute pourquoi l’usage de la violence est-elle si problématique, parce que comme tout remède qui se présente comme un ultime recours, il est porteur de salut comme de chaos. Voilà sans doute aussi la violence porte en elle. Or l’acte politique décisif est par essence dans une temporalité de l’instant, une temporalité tangentielleque cette démesure vient fragiliser. Et alors, cet instrument à utiliser en dernier recours serait bien plutôt à proscrire car si sa capacité à modifier la donne politique si ce n’est sociale est incontestable, il apparaît au même moment que tout Prince qui prétendrait en faire usage ne pourrait être assuré des conséquences de cet usage. Plus encore, la contagion de la violence à toutes les stratesdu corps politique pourrait se révéler être un fléau à retardement pour tout polis. Car même en réduisant cette dernière à une nécessité en vue de la survie de chacun, la violence ne pourrait qu’instiller arbitraire et chaos, permettant qui plus est à chacun de faire régner son propre droit à l’aune de la violence dont il est capable de faire usage. Dès lors, le moyen décisif en politique neserait pas la violence mais bien plutôt l’alliance raisonnée de la force et du droit. Force indispensable à toute conduite de l’action politique, droit tout aussi indispensable pou tout système qui entend obtenir l’adhésion de ses membres ainsi que la préservation de leurs libertés. Et ainsi, la question qui réside entre ces deux pôles n’est pas tant de savoir si la violence, terme par trop flou, estle moyen décisif en politique mais bien plutôt de savoir s’il existe une forme de violence propre à l’action politique, la violence raisonnée.
Si la violence paraît par sa nature même, par la démesure qu’elle porte en son sein inapte à agir dans le champ politique, on aperçoit néanmoins que son usage lorsqu’il est inscrit dans une pratique raisonnée peut devenir l’instrument crucial de...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La violence politique
  • Les violences politiques
  • La violence politique
  • L'ordre politique exclut-il la violence ?
  • Politique et violence symbolique
  • Le politique peut-il éradiquer la violence ?
  • exposé violence politique légitime
  • Politiques sociales sur les violences conjugales

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !