Leçon philosophique sur la société

2369 mots 10 pages
Chapitre 1 : De la description à la question. La « bonne société »

Mot « société » svt accompagné de qualificatifs, de compléments du nom : « bonne société », « société de C° »… → société n’est pas une essence* (=qui se détermine par elle-même) mais un donné
Penser la soc c’est donc penser un objet, s’ajuster aux faits ≠ penser une abstract°
Auguste Comte : l’étude de la soc est le point culminant de l’esprit d’observation
Sociologie* = étude minutieuse des rapports entre les groupes, fondée sur l’observat°

2 figures intellectuelles excellent en cette observation : * le sociologue*: examine les constantes observables * le moraliste*: décrit traits de caractère individuels déterminés par la relat° sociale

I- La société, réalité de fait

Fait* = donné incontestable → la soc n’est pas une construct° intellectuelle donc c’est un fait

A) Une nécessité de fait

1) La soc n’est pas contingente* (contingent = peut ê ou ne pas ê)

Ns n’avons pas l’expérience de sa non-existence: on ne rencontre que des H vivant en soc, liés les uns aux autres par des rapports d’interdépendance. Même les formes de négation de la soc en sont, indirectement, des confirmat°

* On ne peut se situer hors de la soc

Se représenter un « avant » la soc est pure fiction :
→ quest° de l’origine de la soc relève du mythe
→ état de nature de Rousseau : fict° philosophique, construct° intellectuelle

* Rejet de la soc est donc une provocation

→ Diogène de Synope vit dans un tonneau, prétend rejeter cité. Son silence ne choque que pck dialogue, soc est la norme → suppose donc ce qu’il nie
→ Robinson de Vendredi ou les limbes du Pacifiques de Michel Tournier : naufragé souffre de l’isolement car a connu la vie sociale. S’il n’y avait pas de vie sociale, il ne souffrirait d’aucun manque

* L’exil

L’exil, l’isolement forcé montre la prédominance de la soc comme condit° ordinaire de l’H

2) Nécessité de soc est une nécessité de fait et

en relation

  • Écrire un conte philosophique à la manière de voltaire, dans lequel un jeune personnage naïf sera confronté à différentes réalités de la société d'aujourd'hui et tirera une leçon de toutes ses aventures, sous formes de morale.
    1492 mots | 6 pages
  • samad
    562 mots | 3 pages
  • caracteristiques du conte philosophique
    1129 mots | 5 pages
  • Question corpus (st lambert, voltaire calvino) sur l'argumentation
    477 mots | 2 pages
  • montesquieu
    942 mots | 4 pages
  • Kzhgmvoizhrgmorz: lhkfzs
    1545 mots | 7 pages
  • Le conte Philosophe
    634 mots | 3 pages
  • Contes
    1896 mots | 8 pages
  • Les contes voltairiens
    1489 mots | 6 pages
  • Dissertation: doit-on toujours attendre d'une oeuvre litteraire qu'elle nous donne une leçon?
    1392 mots | 6 pages