Le bigboss

Pages: 2 (266 mots) Publié le: 12 janvier 2013
I. HORACE OU LA LIBRE SOUMISSION DE CORNEILLE À L'ESTHÉTIQUE CLASSIQUE

A. Vers un plus grand respect des règles classiques en cours d'élaboration

– Un sujet puisédans l'antiquité romaine : contrairement au Cid trois ans auparavant, Corneille puise ici son sujet dans l'Histoire antique. La principale source d'Horace, et la seuleque Corneille ait avouée, est le récit que Tite-Live [-59 – 17] donne de la guerre entre Rome et Albe dans son Histoire romaine. Il est vraisemblable que Corneille sesoit également inspiré de l'historien grec Denys d'Halicarnasse [Ier siècle avant notre ère] et de ses Antiquités romaines, notamment pour le personnage de Valère et lediscours du chef albain. Chez le premier, « Horatia » (Camille dans la tragédie de Corneille) est « fiancé à l'un des Curiaces », tandis que chez le second, les Horaces etles Curiaces sont cousins. Corneille propose donc en quelque sorte un juste milieu entre la version de Tite-Live et celle de Denys d'Halicarnasse : dans Horace, lesliens entre les Horaces et les Curiaces sont civils (mariages entrelacés entre Horace et Sabine et entre Camille et Curiace) et amicaux (entre Horace et Curiace notamment),mais non héréditaires comme chez l'historien grec.

– Des personnages nobles : la liste des personnages présente les Curiaces comme des « gentilshommes »,c'est-à-dire des nobles, et les Horaces sont des « chevaliers romains », c'est-à-dire des membres de l'ordre équestre, proche de la noblesse. Enfin le dernier acte voitl'intervention du roi en personne, avec le personnage de Tulle, transcription francisée de Tullus Hostillius, troisième roi de Rome, qui règne de 672 à 641 selon la tradition.
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !