Le blâme selon victor hugo

357 mots 2 pages
Le blâme est un genre littéraire venu de l’Antiquité. C’est un discours public qui se focalise sur les défauts d’une personne ou d’une institution. Victor Hugo fait, dans son livre Le Dernier Jour d’un Condamné, le blâme de la société de son temps qui envoie sans scrupule des gens à l’échafaud. Nous chercherons donc à voir comment Hugo blâme cette société ainsi que la peine de mort. Nous étudierons donc le blâme de la peine de mort puis celui de la société.

La peine de mort est un acte inhumain. Effectivement, Victor Hugo fait des descriptions précises d’exécutions pour montrer le côté inhumain de celles-ci. Il utilise alors le champ lexical de la monstruosité durant la majeure partie du texte. Elle n’est effectivement qu’une douleur corporelle, c’est plus que tout une douleur qui nous ronge progressivement l’esprit et nous détruit plus que la douleur corporelle en elle-même. En effet, la peine de mort est tout simplement l’attente d’une mort prévue. Victor Hugo a ainsi voulu nous faire voir également qu’elle ne résulte que de l’instabilité politique de l’époque.
La peine de mort est, en effet, critiquée fortement dans cet œuvre mais elle est surtout dénoncée par ses acteurs qui ne sont autres que le peuple, les juges, les jurés et les bourreaux. Les juges, les jurés et les bourreaux n’ont que faire du sort des prisonniers et de ce qu’ils ont vécus. Ils ne souhaitent que fournir un spectacle au peuple en les faisant passer à la guillotine. La misère de l’individu ne leur importait pas et ils commettent, comme le souligne Hugo dans son œuvre, le même crime que le condamné. Le peuple, même si il est influencé par la fragilité politique de l’époque, joue un rôle important car il considère cela comme quelque chose de normale et qui procure un divertissement.

La société de l’époque n’a donc aucun respect de l’être humain et considère la guillotine comme une distraction. Cela explique donc la forte polémique lorsque le livre

en relation

  • corpus manisfest de Jacques, Les thibault, roger martin du gard ; discours au palais du congrès, Victor hugo ; "gerre", dictionnaire philosophique, voltaire
    776 mots | 4 pages
  • Dans la prison qui vous va renfermant
    266 mots | 2 pages
  • Victor hugo, fonction du poète, 1840
    538 mots | 3 pages
  • Réponse à un acte d'accusation fiche bac
    399 mots | 2 pages
  • Le manteau impérial (v.hugo) commentaire composée
    679 mots | 3 pages
  • L'amour
    1657 mots | 7 pages
  • Victor hugo bagne
    1287 mots | 6 pages
  • Anthologie
    1427 mots | 6 pages
  • Anthologie poème guerre
    2264 mots | 10 pages
  • Le sid
    3265 mots | 14 pages