Le bressard

Pages: 3 (610 mots) Publié le: 17 mars 2013
Robert de Lavalle avait toujours adoré l'altitude. Cette sensation grisante d'être au-dessus du monde, de faire partie du ciel et de chaque élément de l'air qui agite vos cheveux, et avec lasensation, au creux de l'estomac, d'être une infime particule immensément importante ; un sentiment de puissance et d'unité indescriptible à la fois, qui vous fait vous sentir au centre du monde.
Cesoir-là, néanmoins, accroché désespérément au bord d'une gouttière presque effondrée, il n'avait pas vraiment l'esprit à de telles considérations. Il resserra tant bien que mal son étreinte sur le précieuxrebord métallique. Le ciel, étendue noire piquetée d'étoiles grises, ne lui avait jamais parut si proche. Il était parfois zébré d'éclairs bleus, et crachait des gouttelettes invisibles quis'écrasaient sur la toiture en grésillant. Un peu étourdie mais déterminé, les jambes tendues vers le vide, il en souleva une, et, fort de sa souplesse, la ramena vers lui. Sa basket heurta violemment la pierre,dure et humide. Son corps tout entier fût parcouru de frissons glaciales, et , vidé de sa force, ses doigts lâchèrent prise. Il dégringola brutalement sur plusieurs mètres, le souffle coupé,biendécidé à saisir la première chose qui lui passerait devant. Miraculeusement, il se retrouva agrippé d'un bras à une sorte de plaque de granit qui émergeait de la façade. Le choc lui avait littéralementréduit en bouillie sa poitrine, et il aurait juré s'être brisé quelques côtes au passage. Son cœur avait quitté sa place pour venir battre dans sa gorge, d'où son souffle s'extirpait difficilement. Levent froid glaçait la sueur de son front, sa respiration était rauque, et le grondement de l'orage assourdissait ses tympans. Sans s'autoriser à réfléchir, il se remit a décrire un arc de cercle à l'aidede ses jambes. Il entrouvrit l'oeil et distingua, malgré la pénombre, une entrée creusée dans la pierre, d'où filtrait un jet de lumière.
« Il est là ! »

Le faisceaux lumineux oscillait,...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !