Le cinéma en tant que rêve

Pages: 14 (3465 mots) Publié le: 13 mars 2013
« Le cinéma en tant que rêve, le cinéma en tant que musique. Aucun art ne traverse comme le cinéma, notre conscience diurne pour toucher à nos sentiments, au fond de la chambre crépusculaire de notre âme. » Cette conception de l’art cinématographique vient d’Ingmar Bergman, cinéaste suédois du XXème siècle, et un des plus grand cinéastes contemporains. Le génie suédois est né un 14 juillet 1918 àUppsala, non loin de Stockholm. Issu d’une famille luthérienne de trois enfants, son père étant pasteur, son enfance est marquée par une rigueur et une rigidité qui le suivront toute sa vie. Mais le jeune Ingmar sait se dérober à la façade de bienséance qui l’entoure, et se créé son propre univers, il acquiert en 1928 son premier projecteur de cinéma, et sa passion pour le septième va naître toutnaturellement alors qu’il n’a que 10 ans. C’est le début d’un intérêt pour tout ce qui l’intrigue, pour tout ce que personne ne voit mais qu’il ressent avec beaucoup d’ampleur, les couleurs,  les ombres et lumières, les attitudes des proches qu’il côtoie. Tout cela le marque à vie, et il en garde des souvenirs très distincts. Au cours de sa vie, il travaille dans les deux domaines qui lepassionne, le théâtre et le cinéma. D’abord le théâtre, où il met des pièces en scènes, puis écrit lui même ses propres pièces, puis le cinéma, qui l’a toujours intrigué. Il écrit d’abord des scénarios, en 1944 il écrit celui de Tourments, le film a un tel succès, qu’il devient réalisateur l’année suivante. S’en suivent de belles réussites, qui influencent les cinéastes du monde entier, mais aussi deséchecs, avec des critiques violentes, lui reprochant son manque de tact, sa vision crue et cruelle de la vie. Pour Un été avec Monika, le comité de censure lui demande même de couper certaines scènes jugées indécentes. Mais au fil de ses créations, il acquiert une reconnaissance mondiale, à commencer par les critiques suédoises qui deviennent moins sévères, il reçoit plusieurs sollicitations pourtourner dans d’autres pays. L’apothéose vient surement avec Cris et Chuchotements, voir ce film est un événement, une expérience de beauté et d’émotions. Parmi ces chefs d’œuvre, Ingmar Bergman nous donne à voir tous les aspects de la vie, et « termine » dans l’euphorie suédoise avec Fanny et Alexandre, son plus gros projet, avec six millions de dollars de budget, il annonce au Festival de Venise« C’est mon dernier film… au moins pour le grand écran ». Sa retraite reste quand même active, mais moins frénétique, il revient quelquefois au théâtre, et réalise des téléfilms. Tout au long de sa vie, Bergman ne se révèlera jamais complètement « rien de spontané chez moi, rien d’impulsif, je ne participe pas au jeu, je ne fais qu’en donner l’illusion », exprime-t-il dans Laterna Magica. Homme detourments, de questionnement incessants, « Je sens un démon en moi », Bergman est l’homme des contraires, si on ne peut et l’on ne se permettrait pas de le qualifier de bipolaire, son comportement, et ses réflexions nous pousse à nous attarder sur cette facette du cinéaste. « C’était horrible et amusant à la fois. Je me souviens que mon inquiétude frisait parfois le malaise mais qu’en même tempsj’attendais le lendemain avec impatience » dit-il quand il parle de ses répétitions au Théâtre de Stockholm. Cette dualité, ces contrastes, ces binômes, se retrouvent dans toute l’œuvre de Bergman, dans toute son existence. En visionnant certains de ses films, il est impossible de ne pas voir cet aspect de sa création. Chez Bergman, tout s’oppose, tout se contredit, tout est dualité. Son œuvre estprofondément par ces rythmes binaires, par ces doubles, haine et amour, jalousie et admiration, violence et douceur, peur et désir. L’objet de ce travail sera donc de montrer ce qui, en lisant Bergman (Laterna Magica), en voyant Bergman (ses films), et en entendant parler de Bergman, a révélé ce sentiment. Il faudra alors dans un premier temps étudier ce qui dans cette vie, a fait naître cette...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • j'ai tant rêvé d'elle
  • J'ai tant rêvé de toi
  • J'ai tant rêvé de toi
  • J'ai tant reve de toi
  • J'ai tant rêvé de toi, robert desnos
  • Commentaire "j'ai tant rêvé de toi" desnos
  • J'ai tant révé de toi, desnos, commentaire
  • A la mystérieuse : j’ai tant rêvé de toi

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !