Le collaborative sourcing rapport d’étude du mastère msit promotion 2003

5028 mots 21 pages
Sommaire

Introduction 4

1. Le concept de sourcing 4

1.1. Contexte 4

1.2. Pistes de référence 4

1.3. Etude Gartner 5

2. Le collaborative sourcing (co-sourcing ) 8

2.1. La méthode de définition 8

2.2. Les entretiens 8

2.3. Les leviers apparents 8

ANNEXE 1 : Compte rendu d’entretien UFF 11

ANNEXE 2 : Compte rendu d’entretien ALTIME 13

ANNEXE 3 : Compte rendu d’entretien BNP + ESSILOR 15

Introduction

Ce document a pour but de se familiariser avec la notion de « collaborative sourcing » ou « co-sourcing ». Cette notion est relativement abstraite et émergente et nécessite donc une réflexion aussi bien sur ses fondements que sur sa mise en pratique. C’est ainsi que l’équipe du mastère HEC-MINES en charge de cette étude en collaboration avec Cap-Gemini s’est placée dans une démarche de recherche afin de clarifier au maximum cette notion délicate.

La légitimité de cette étude n’est en aucun cas à justifier à la vue des chiffres avancés par les organismes de références tels que Gartner, IDC… Ces ordres de grandeurs sont sans appels quant à l’intérêt général porté au sujet.

En outre, les entretiens qui ont été tenus, quand bien même ils pourraient être sélectifs, ont fait apparaître qu’un grand intérêt est à porter à ce concept et qu’il pourrait faire l’objet d’actions stratégiques génériques prises par les différents acteurs du marché (DSI, Société de conseil, SSII…).

1. Le concept de sourcing
1.1. Contexte
Selon les chiffres de la recherche dans le domaine de l’ « IT » combinés à ceux de Gartner, nous constatons que d’ici fin 2004, plus de 40% des projets informatiques seront externalisés ou en passe de l’être. Les enquêtes concernant l’externalisation à plus ou moins longue échéance et à plus ou moins longue distance sont en très nette augmentation.

Elles prédisent en outre que le BPO sera un marché de l’ordre de 300 milliards de dollars en 2004. Cependant, selon la manière dont se définit le BPO, les estimations

en relation

  • ;:khykjggl
    1547 mots | 7 pages