"Le corps à corps des images dans l’oeuvre de visconti" de suzanne liandrat-guigues

3975 mots 16 pages
Article
« Le corps à corps des images dans l’oeuvre de Visconti » Suzanne Liandrat-Guigues
Cinémas : revue d'études cinématographiques / Cinémas: Journal of Film Studies, vol. 7, n° 1-2, 1996, p. 109119.

Pour citer cet article, utiliser l'information suivante :
URI: http://id.erudit.org/iderudit/1000935ar DOI: 10.7202/1000935ar Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir.

Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html

Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à
Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : erudit@umontreal.ca

Document téléchargé le 12 mai 2013 08:47

Le corps à corps des images dans l'œuvre de Visconti
Suzanne Liandrat-Guigues

RÉSUMÉ Une même posture se répète au long de l'œuvre cinématographique de Luchino Visconti. De l'Espagnol de Ossessione, qui se relève après avoir reçu un coup de poing et s'éloigne en solitaire, jusqu'au personnage de L'Innocent, qui s'affaisse après s'être tiré une balle dans la tête, on retrouve de film en film cette figure d'un homme qui s'écroule, blessé ou mort. À travers ces personnages à terre qui évoquent, entre autres, la flânerie et la sensualité rimbaldiennes, quelle logique met à mal le corps des hommes chez Visconti ? Quelle vérité se loge dans l'immobilité et non dans l'action, dans l'arrêt brutal et non dans le devenir? Quelle force de résistance s'exprime dans cescotps abattus ? ABSTRACT One bodily posture reappears throughout the cinematic work of Luchino

en relation