Le désir est-il la marque de la misère de l’homme ?

Pages: 7 (1693 mots) Publié le: 2 janvier 2011
On distingue communément l’homme des autres animaux comme un sujet doué de raison, c’est-à-dire qu’il est un être rationnel. D’autre part, on le distingue comme un être de désir. «Sois raisonnable, ne prends pas tes désirs pour la réalité» avons-nous tous entendu de la part de nos parents, opposant ainsi la raisons au désir. Sous-jacente, se trouve la conception du bonheur. En effet, laphilosophie antique affirme que le bonheur, c’est la sagesse qui s’acquiert par la maîtrise de ses désirs grâce à l’usage de sa raison. Mais, on peut aussi définir le bonheur comme l’accomplissement de ses désirs. Dès lors, il faut s’interroger sur la nature du désir.

Nous allons nous demander si le désir est la marque de la misère de l’homme. Du latin desiderare («regretter l’absence de»), on a souventdéfini le désir comme manque et de par cette définition, il serait impossible au désir de se réaliser, auquel cas il ne serait plus désir. Cela serait le signe de l’impuissance de l’homme qui cherche alors à se débarrasser de ses désirs. Pourtant, n’est-ce pas cela le propre de la faiblesse de l’homme que de renier sa nature en qu’être de désir ? Nous nous demanderons alors comment le bonheurpeut-il aller de pair avec le désir ? Nous verrons que le désir se corrèle avec le plaisir et enfin que c’est le désir qui permet d’exister.

***

Dans ce premier temps, nous allons voir en quoi le désir peut être considéré comme la marque de la misère de l’homme.

Le désir est par définition insatiable. «Le désir est manque» nous dit Socrate dans Le Banquet écrit par Platon. Partant de là, ledésir ne peut se satisfaire puisque il est impossible d’avoir ou d’être ce que nous désirons, nous avons ou sommes simplement ce que nous désirions et non ce que nous désirons. Le manque est souffrance et conduit à la frustration, qui est une des misères de l’homme. Dans L’Être et le Néant, Sartre écrit d’ailleurs que «le désir est lui-même voué à l’échec». En fait, on va de désir en désir, ce quicause l’ennui, c’est-à-dire la déception. En somme, on peut considérer avec Schopenhauer que «la vie oscille, comme un pendule, de droite à gauche, de la souffrance à l’ennui» (Le monde comme volonté et comme représentation).

De plus, considérer le désir comme manque, cela veut dire que le désir est une espérance. Dans une espérance, il y a toujours une crainte que celle-ci ne se réalise pas.La crainte marque l’inquiétude et l’inquiétude est le contraire de la quiétude, qui est synonyme de bonheur de l’homme, d’où le désir-espérance entraînant une crainte nous entraîne dans une situation de détresse marquant la misère de l’homme. Il y a crainte derrière espérance car l’espérance se fonde sur l’irréel et ne dépend pas de nous, il y a besoin d’autrui. Nous pouvons alors dire que ledésir se fondant sur le manque est idéalisation illusoire.

Nous venons de voir que pour qu’il y ait désir, il y a besoin d’autrui, nous déduisons donc sous le désir, il y a déterminisme. Désirer est quelque chose de culturel. Si il y a déterminisme, le sujet n’est pas libre donc aller dans le sens de ses désirs, ce serait ne pas se saisir de sa liberté, qui est donc le signe d’une faiblesse del’homme.

Enfin, le désir est immoral. Dans Totem et Tabou, Freud écrit : «là où il y a une interdiction, doit se cacher un désir». Nous comprenons ainsi que le désir peut aller contre notre volonté et notre raison. C’est en ce sens que renoncer à ses désirs, c’est être raisonnable. S’il veut être maître de lui-même, l’homme doit écouter sa raison, telle est la voie dictée par les stoïciens : Épictèteécrit dans Entretiens (IV) que «ce n’est pas par la satisfaction des désirs que s’obtient la liberté mais par la destruction du désir» car avoir des désirs, c’est être en situation de détresse. Dans ses Pensées, Pascal dit : «Les hommes ont un instinct secret qui les porte à chercher le divertissement et l’occupation au dehors, qui vient du ressentiment de leur misère continuelle».

*...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Le desir est il la marque de la misere de l'homme ?
  • Le désir est-il la marque de la misère de l'homme
  • Le désir est-il la marque de la misère de l'homme ?
  • Le désir est-il la marque de la misère de l'homme ??
  • Le désir est-il la marque de la misère de l’homme ?
  • Le désir est-ce la marque de la misère de l'homme?
  • Le désir est il la marque de la misère de l'homme
  • Le désir est-il la marque de la misère de l’homme ?

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !