Le désir fait-il nécessairement souffrir ?

253 mots 2 pages
Désirer est-ce nécessairement souffrir ? En tant que tension vers un objet qu'on imagine pouvoir être source de plaisir ou de plénitude, le désir -comme le Janus bifrons- recèle une dualité constitutive. Comme "tension", il nous voue nécessairement à la souffrance. Ne désirons-nous pas en effet que ce dont nous manquons ? Manque qui nous condamnerait au jardin des Supplices. Mais comme "source de plaisir ou de plénitude", le désir nous promet l'accès au jardin des Délices en étant la condition de possibilité même de la jouissance. En effet, il est à considérer que l'on aime désirer. Et personne ne souhaiterait acheter la paix de l'âme au prix de la mort du désir. L'absence de désir s'apparente beaucoup plus au mortel ennui qu'au bonheur. N'est-il pas d'ailleurs, d'après Épicure, l'alpha et l'omega de l'existence bien-heureuse pourvu que l'on sache le satisfaire avec prudence et parcimonie ? Toutefois, des questions se posent et s'imposent: comment un manque peut-il être heureux et plein de vie ? Est-ce parce que le désir engendre l'illusion que nous voyons les choses ainsi, ou bien faut-il reconsidérer l'idée première selon laquelle le désir n'est que la trace, le stigmate d'un manque ? Comment sortir de cette ambiguïté, bien plus de cette ambivalence du désir ? Par delà la négativité du manque et la positivité de la plénitude, le désir ne pourrait-il pas être défini comme "manque positif"

en relation

  • Le désir fait-il nécessairement souffrir ?
    2175 mots | 9 pages
  • desirer fait il necessairement souffrir ?
    2760 mots | 12 pages
  • Le desir
    1214 mots | 5 pages
  • Peut-on désirer sans souffrir
    3074 mots | 13 pages
  • Désirer est-ce nécessairement souffrir ?
    1573 mots | 7 pages
  • Désirer est ce nécessairement souffrir ?
    683 mots | 3 pages
  • Désirer est-ce nécessairement souffrir ?
    1783 mots | 8 pages
  • Désirer, est-ce nécessairement souffrir?
    702 mots | 3 pages
  • Désirer est-ce nécessairement souffir ?
    822 mots | 4 pages
  • Desirer est-ce nécessairement souffrir ?
    682 mots | 3 pages