Le désir : ni besoin, ni pulsion partie 1

Pages: 2 (432 mots) Publié le: 6 avril 2011
On sait que les philosophes aiment à chercher une définition de l'homme qui nous permettrait de le distinguer des espèces simplement animales. On a pu définir l'homme comme un ''animal doué delogos'', c'est-à-dire douée d'une parole rationnelle (Aristote). Mais aussi comme un ''animal politique'', capable d'élaborer une société complexe et évolutive. Ou bien encore comme un ''animal capable derire.'' Aussi bien peut-on définir l'homme comme un animal pétri de désirs. Si la philosophie classique insiste sur la rationalité humaine, constituant la dignité de l'espèce, il est évident quel'existence de l'homme est inséparable du désir. Nous désirons au moins autant que nous pensons. Peut-être plus encore, plus souvent que nous ne pensons réellement. S'ensuit la question des rapports entrele désir et la raison. Mais encore faut-il d'abord savoir ce que c'est, le désir.

On peut tenter de cerner le désir en le différenciant du besoin, d'une part, de la pulsion, de manière plus ambiguë,cependant, d'autre part. Les besoins renvoient à la nature biologique de l'être humain (cf. le vivant.) Il y a là un ensemble de nécessités naturelles : boire, manger, dormir. Celles-ci ne sontabsolument pas différenciées ou singulières. Ces nécessités sont semblables pour tout individu de l'espèce. Les pulsions, quant à elles, relèvent de la théorie de l'inconscient, en particulier de celle deFreud (cf. l'inconscient). Ce sont des forces psychiques (comparables à de pures forces physiques) qui prendraient naissance au plus profond de notre psychisme et tenteraient de se réaliser. Unepulsion peut être meurtrière, sexuelle, sadique. A la pulsion, rappelons que s'oppose la censure qui refuse plus ou moins consciemment la pulsion. En résulte un rapport de force entre ce que Freud nomme le''ça'' (le réservoir des pulsions) et le surmoi (censure). Une pulsion, en fonction de ce rapport, peut rester dans l'ombre ou au contraire se réaliser. Ainsi la pulsion n'est pas nécessairement...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Les cités gigantesques ne répondent ni aux souhaits, ni aux besoins, ni au bonheur des hommes.
  • Ni vous sans moi ni moi sans vous
  • Les cités gigantesques ne correspondent ni aux souhaits ni aux besoins des hommes
  • Ni vous sans moi
  • ni vous sans moi ni moi sans vous
  • ni mvous sans moi ni moi sans vous
  • Travail sur ni vous sans moi, ni mois sans vous.
  • Ni d'eve ni d'adam

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !