Le danger, ce n’est pas ce que l’on ignore ; c’est ce que l’on tient pour certain et qui ne l’est pas

1157 mots 5 pages
Expliquez et illustrez, en regard des expériences humanistes du XVI° siècle, ce qui permet de nos jours à Marc Twain d’affirmer que : « Le danger, ce n’est pas ce que l’on ignore ; c’est ce que l’on tient pour certain et qui ne l’est pas. »

« Le 24 août 1572, jour de la Saint-Barthélemy, le carillon de l’église de Saint-Germain l’Auxerrois, en face du Louvre, donne le signal du massacre des protestants, à Paris et dans le reste du pays. C’est le jour le plus noir des guerres de religion - entre catholiques et protestants - qui ont ensanglanté le pays pendant plus d’une génération. […] On évalue le nombre total de victimes dans l’ensemble du pays à 30.000 […]. Il n’empêche que le massacre n’est pas ressenti avec une horreur particulière par les contemporains. Il apparaît à ceux-ci comme relativement banal dans l’atmosphère violente de l’époque. » L’instabilité et l’insécurité de ce siècle ont ébranlé d’innombrables vies. Elles ont blasé et épuisé tout un peuple. C’est pourquoi les humanistes avaient le désir de retrouver des bases stables sur lesquelles construire leur vie ou ériger leurs opinions. Il leur fallut tout vérifier pour écarter l’erreur de la certitude, distinguer le vrai du faux. Comme Marc Twain, aucun d’eux ne craignait l’ignorance ; mais ce dernier va plus loin. Il affirme en effet que « le danger […] ; c’est ce que l’on tient pour certain et qui ne l’est pas ».

Si l’on en croit le père de Tom Sawyer, le danger ne vient pas de ce que l’on ignore. Il convient en conséquence de ne pas en avoir peur. Cessons donc de craindre la menace extraterrestre, ceux qui sont différents de nous, ou l’article 342 alinéa 12 de la loi anti-corruption des fonctionnaires d’état. Quoiqu’il y ait peut-être quelqu’un qui connaisse cet « alinéa »… ?!

En fait, il existe deux catégories d’information parmi celles que nous ignorons : celles que nous sommes susceptibles de connaître un jour (parce qu’elles nous sont accessibles) et celles que nous ne connaîtrons

en relation

  • Quelle est la valeur de nos certitudes ?
    2237 mots | 9 pages
  • Faut-il substituer le travail à la croyance ?
    4099 mots | 17 pages
  • Droit P Nal A Imprimer
    28416 mots | 114 pages
  • L'education
    5784 mots | 24 pages
  • Cours sur la conscience
    6151 mots | 25 pages
  • Tao te king
    9499 mots | 38 pages
  • Dissertation princesse de clèves
    2721 mots | 11 pages
  • Revu de presse
    2677 mots | 11 pages
  • Étude de texte philosophique de montaigne
    3767 mots | 16 pages
  • Doit-on toujours obéir aux lois
    3548 mots | 15 pages