Le droit fonder sur la force

675 mots 3 pages
Question: Peut-on fonder le droit sur la force?

La vrai question est: Est-ce que les lois pour être appliquer doivent bénéficier du soutien de la force publique?

Fonder c'est bâtir, instituer, créer. C'est la marque de l'homme. Car ce qui distingue la construction humaine de la construction animale, c'est, disait Marx, que l'homme a dans la tête ce qu'il construit avant de le réaliser.
Le droit, c'est l'ensemble des règles sociales considérées comme justes (directus, en latin = droit), c'est ce qui est permis et exigible par conformité à une règle précise formulée par la loi. Mais c'est sans doute avant tout, et il s'agira de cela dans ce sujet, ce qui constitue le fondement des droits de l'homme vivant en société, des règles régissant les rapports humains. Il est clair que dans l’absolue le droit ne peut-être fondée sur la force car la force est source d’inégalité alors que le droit a pour but de supprimer l’inégalité. Malheureusement souvent des gens riches ne sont devenus par le travail. Bien sûr le droit semble s’opposer à la force mais il na faut pas empêcher les riches de profiter de leur argent. Il va de soi que l’opinion publique n’a pas tort quand elle la force.

La force c'est la contrainte physique extérieure, c'est la violence. On s'incline devant la force ou on la combat. La force appartient autant à l'animal qu'à l'homme. Il semble donc y avoir dans les termes de l'énoncé un paradoxe droit-force : la force est un fait, un constat, le droit est une élaboration de la raison.
Beaucoup de gens penserait que le droit ne doit pas être fondé sur la force.
Ne faut il pas d’au moins au parti, le droit favorise les plus audacieux, entreprenant et courageux.
Certains philosophes pensent que le droit n’est fondé sur la force, ne doit pas être fondé sur la thèse parce que l’idée du droit est un ensemble de lois. La lois est un jugement universel est nécessaire. Si il est universel, il est applicable a tous, de la même façon, par conséquence il est

en relation

  • 1civ 16janv 2007
    2414 mots | 10 pages
  • Travail sur alfred jarry
    6575 mots | 27 pages
  • Civ 2, 6 mai 1999
    4640 mots | 19 pages
  • Commentaire civ 1, 16 janvier 2007
    2484 mots | 10 pages
  • Le force du droit
    3475 mots | 14 pages
  • LE DROIT SUR LA FORCE
    345 mots | 2 pages
  • Blabla
    8284 mots | 34 pages
  • La politique
    1364 mots | 6 pages
  • commentaire d'arrêt du 16 janvier 2007
    1751 mots | 8 pages
  • Du contrat social, chap 1, livre 1
    999 mots | 4 pages