Le face à face fratricide

Pages: 5 (1082 mots) Publié le: 2 février 2013
Lecture Analytique N° 3

Le face à face fratricide

(Chapitre 7, Page 151 à 153 de « Mais Pierre soudain devint aussi furieux […] qu’elle nous entende. »)



Question directrice: montrez que ce conflit relève à la fois du réalisme mais aussi qu’il est plus symbolique.



Introduction :

>Phrase d’accroche >Présentation brève du roman >Une situation précise de l’extrait ainsique sa présentation générale >la question qui va guider la lecture analytique > annonce des deux axes.

Nombre d’auteurs ont optés pour le réalisme, c’est le cas de Guy de Maupassant, qui a écrit le roman réaliste Pierre et Jean en 1888. Ce roman se déroule au Havre en 1885, en Haute Normandie. Pierre et Jean Rolland sont deux frères issus d’une modeste famille du Havre. Une somme d’argentlaissée en héritage au cadet par un ami de la famille renforce la rivalité des deux frères. Un soupçon nait chez Pierre : et si Jean était le fils de Maréchal ? Peu à peu, il découvre la vérité et le secret familial en fouillant dans le passé de sa mère. On est au chapitre 7, nous étudions un extrait qui commence à la page 151 de « Mais Pierre soudain devint aussi furieux […] » et qui se termineà la page 153 à « […] qu’elle nous entende. ». Dans cet extrait, Pierre et jean se disputent car Pierre est jaloux de son frère à propos de l’héritage qu’il a reçu, mais aussi de l’appartement que Jean lui a « dérobé » et de Mme Rosémilly qui vient juste d’accepter la demande en mariage de Jean. Nous allons désormais montrer que ce confit relève à la fois du réalisme mais aussi qu’il estplus symbolique. Nous pouvons étudier cet extrait selon deux perspectives. Dans un premier temps, on insistera sur le réalisme du conflit entre les deux frères. Et dans un second temps, on insistera sur l’aspect symbolique du texte : en effet fort ressemblant au mythe de Caïn et d’Abel.






|CITATIONS |ANALYSES (identification d’un procédé /effet de |INTERPRETATION (= donner une signification claire à|
| |d’écriture) |une chose obscure) |
|Page 153, lignes 222 à 230 : |Emplois du discours direct |Le discours direct correspond aux paroles |
|« Jeandemeurait immobile, ne comprenant pas, | |effectivement prononcées lors d'un dialogue. À |
|effaré devant l’insinuation qu’il pressentait : | |l'écrit, il est caractérisé par des guillemets et |
|« Comment ? Tu dis… répète encore ? ||une ponctuation exprimant les sentiments ou |
|-Je dis ce que tout le monde chuchote, ce que tout | |l'intention de la personne qui parle (point |
|le monde colporte, que tu es le fils de l’homme qui| |d'exclamation ou d'interrogation). On remarque bien|
|t’alaissé sa fortune. Eh bien, un garçon propre | |ici le dialogue de Pierre et de Jean ainsi que la |
|n’accepte pas l’argent qui déshonore sa mère. | |présence des deux points et de l’ouverture des |
|- Pierre… Pierre… Pierre… y songes-tu ?...Toi… ||guillemets. On a donc bien la présence du discours |
|c’est toi… toi… qui prononces cette infamie ? […]» | |direct qui est plus vivant, plus objectif et plus |
| | |neutre que celui du discours indirect, puisqu'il |
|...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Accueil en face à face
  • le face a face
  • Critique du face a face
  • Face A Face Poétique
  • Accueil face a face
  • Fdap accueillir en face a face
  • Face à face euro dollars
  • L’accueil en face a face enquête

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !