Le horla

281 mots 2 pages
L’histoire débute à Rouen le 8 mai et fini le 10 septembre, Le récit prend ici la forme du journal, mais, à la différence des autres récits de ce type, sans aucun intermédiaire entre le texte et le lecteur, c’est-à-dire que le texte se compose du «journal» seul ; l’auteur confronte le lecteur à un discours , sans commentaire ni explication. Le lecteur doit juger ce que l’auteur note de jour en jour.
La date est toujours présente au début de chaque nouveaux jours.

Le narrateur intradiégétique, se présente sous la forme du «JE», Le héros du récits est un homme sans souci particulier, qui vit heureux, bien portant, qui n'est torturé ni par ses nerfs, ni par son intelligence

Le 8 mais le narrateur nous présente le cadre ou il vit, un pays paisible où il aime y vivre, il nous fait une description du décors assez précise comme par exemple, il habite proche de la Seine où il voit passer un trois mat brésilien.

Peu après, le narrateur contracte une maladie , il a de la fièvre et commence à avoir des perceptions folle, comme si quelque chose l’avait rendu dans cette état

Dans tous le récit il va avoir une certaine gradation de cette folie il va de venir de plus en plus «fou», jusqu’à commettre l’irréparable.

Un soir il s’endormit en laissant une carafe pleine d’eau à coté de son lit, en se réveillant il là trouva vide, après plusieurs expérience de se type il fit la conclusion qu’il n’était pas seul et il baptisa cet être le Horla

Le Horla est un personnage fictif «inventer» par le héros, C’est un être invisible à l’œil nu,

en relation

  • 'Horla
    1825 mots | 8 pages
  • le horla
    521 mots | 3 pages
  • Le horla
    715 mots | 3 pages
  • le horla
    341 mots | 2 pages
  • Le Horla
    1043 mots | 5 pages
  • Le horla
    1022 mots | 5 pages
  • Horla
    545 mots | 3 pages
  • Le horla
    761 mots | 4 pages
  • Le horla
    794 mots | 4 pages
  • Horla
    609 mots | 3 pages