Le jeu dans fin de partie (samuel beckett)

1721 mots 7 pages
Le jeu dans Fin de partie

Fin de partie est une pièce de Samuel Beckett écrite en 1957, plusieurs années suivant la Seconde Guerre Mondiale, dans une société post-conflictuelle où le désenchantement règne et trouve écho dans la littérature de l’absurde. Celle-ci dénonce un effondrement des valeurs humaines et morales, où la vie ne constitue plus qu’un jeu absurde, dénué de sens (comme la vie de Beckett ?). Cette vision du jeu est largement représentée dans l’œuvre de Beckett Fin de Partie, dont le titre même annonce la présence dans la pièce. En quoi Fin de Partie est-elle une œuvre reflétant cette nouvelle vision de la vie devenue un jeu absurde ? / En quoi Fin de Partie est-elle une œuvre constituant un jeu constant à tout niveau ?
I Le jeu comme divertissement : le jeu d’échecs. A) Le titre : * Le titre même de la pièce attire notre attention sur le thème du jeu, Fin de partie. En anglais, cette référence au jeu est d’autant plus accrue, le titre étant Endgame (littéralement « fin de jeu »). En réalité, le mot anglais « Endgame » est un terme d’échec, correspondant à la « finale » en français : elle est la dernière phase de la partie, difficilement déterminable, mais définie par la disparition de la plupart des pièces (dans Fin de partie, il n’en reste donc que quatre ; une disparaît au cours de la pièce). La référence au jeu d’échecs est donc claire dans l’œuvre de Beckett, lui-même en étant d’ailleurs un adepte. Il aurait d’ailleurs dit à un comédien jouant le rôle de Hamm : « Hamm est un roi dans cette partie d’échecs perdue dès le début ». De la même façon, Roger Blin, acteur et metteur en scène français, ami de Beckett qui lui a confié le rôle de Hamm, déclare : « Nous voyons deux êtres qui se déchirent, qui jouent comme une partie d’échecs, et ils marquent des points, l’un après l’autre. »

B) Organisation de la partie : * Hamm est le personnage central, à la fois au niveau de l’espace (il est au centre de la scène et tient à le

en relation

  • Beckett et bilinguisme
    7514 mots | 31 pages
  • fin de parti
    14386 mots | 58 pages
  • En quoi le titre de fin de partie est il polyssemique?
    1257 mots | 6 pages
  • Fin de partie
    1215 mots | 5 pages
  • Biographie beckett et analyse des personnages fin de partie
    1309 mots | 6 pages
  • Fin de partie
    46155 mots | 185 pages
  • Circé
    6014 mots | 25 pages
  • Fin de partie de samuel beckett
    4250 mots | 17 pages
  • Doc, docx, pdf
    2712 mots | 11 pages
  • En attendant godot
    3780 mots | 16 pages