Le juste et l'utile.

805 mots 4 pages
Définition du juste et de l’utile
Réponse :
Le texte de Bongert, Y. nous fait bien comprendre les concepts du juste et de l’utile qui expriment une opposition importante. Cette opposition qui a marqué l’histoire pénale jusqu’à aujourd’hui et qui suscité de nombreuses réactions. Suite à cela, beaucoup de changements ont été apportés au droit pénal actuel. Dans la doctrine pénale de l’Ancien Régime et du Siècle des lumières, c’est le concept du juste et l’utile seront développés en fonction de la conception de la peine.

Définition du Juste
Cette notion préconise l’arbitraire du roi qui se caractérisait par une ou des interventions dissuasives. Cela représente très bien le concept de la peine dans l’Ancien Régime. À ce qui attrait aux décisions concernant les moyens employés pour la justice pénal, seul le juge pouvais décider de la peine. De plus, l’arbitraire du juge était indispensable et indiscutable. À cette époque, il existait différent type de torture pour la mise à mort. Ces derniers les utilisaient comme technique de dissuasion. Ainsi soit-il, ces technique était aussi utiliser pour faire de la prévention face aux actes criminel ultérieur. Les peines aidaient aussi à éviter toute vengeance, à sécuriser et à réconforter les victimes.
Bref, à cette époque, la responsabilité était collective, c’est pourquoi qu’un seul condamné payait pour tour les autres. Les peines devaient être une leçon barbare, publique et sévère pour atteindre les objectifs espérés et qu’un seul criminel devrait payer pour toutes les injustices qui pouvaient être commises. L’objectif de cette conception de la peine était de faire souffrir pour arriver aux fins désirer

Définition de l’Utile
L’utile est à l’inverse du juste. Il préfère punie les criminels en leurs donnant une leçon pour qu’il ne recommence plus et pour qu’ils s’adaptent aux normes de la société.
Dans son cas, il écarte tout ce qui attrait à la torture et prônent la réhabilitation et l’utilité du criminel à

en relation

  • Alcibiade de Platon
    1661 mots | 7 pages
  • Bachelard, la Science s'oppose t'elle aux opinions ?
    1941 mots | 8 pages
  • Td walras
    2473 mots | 10 pages
  • TECHNOLOGIE - La méthode APTE
    444 mots | 2 pages
  • Synthèse de PHILOSOPHIE
    10468 mots | 42 pages
  • Politique d'aristote
    899 mots | 4 pages
  • Ne désirons nous que les choses que nous estimons bonnes?
    813 mots | 4 pages
  • Aide pour a quoi reconnait on l'humanité en chaque homme
    698 mots | 3 pages
  • Dissertation sur le théâtre
    1372 mots | 6 pages
  • L'oeuvre d'art doit-elle plaire
    2001 mots | 9 pages