Le mal

495 mots 2 pages
Ce qu'est le mal, est, en soi, déjà un problème. C'est même le principal, si on se place dans un cadre purement et véritablement athée, et donc dépourvu de toute référence à une croyance transcendante.
En principe, tout le monde s'accorde à peu près. Toutes les religions, toutes les législations ont les mêmes interdits fondamentaux : tuer, voler, mutiler (hormis à titre rituel) ou faire souffrir, mentir (pour les plus exigeantes d'entre elles), etc. Le décalogue est un exemple de répertoire d'interdits fondamentaux. Ces interdits, suivant les religions considérées, s'appliquent soit uniquement aux membres de la même religion, soit à toute l'humanité.
En pratique, certaines situations amènent pourtant à s'interroger : ne faut-il pas parfois admettre et même faire un mal, dans une conception utilitariste, pour éviter un mal plus grand ? Un meurtre pour éviter une guerre ? Une guerre pour éviter un génocide ? Une torture pour éviter un attentat ?
À cela s'ajoute la difficulté de définir la moralité, certaines actions et certains comportements n'entraînant pas de souffrance, comme l'homosexualité et l'avarice, ils sont pourtant souvent jugés immoraux, et donc rattachés au mal, par certains. Les réponses divergentes montrent qu'il n'est pas facile de bien définir le mal. Pour reprendre une idée émise par Louis de Bonald : il est parfois moins malaisé de faire son devoir que de le connaître.
Note complémentaire : Indépendamment de la croyance en l’existence de Dieu, on peut parler de l’existence du Mal en justifiant cela par la nécessité de faire un contraste entre le mal et son contraire.
Quel serait l’intérêt du bien si le mal n’existait pas ? L’homme serait peut-être alors tout simplement un être sans « conscience » s’il ne risquait pas de commettre le mal[réf. nécessaire]. Il n’ aurait pas besoin de morale et il ne serait pas libre de choisir.En outre, il n’aurait aucun mérite à faire le bien ni même aucun plaisir.
Quel serait l’intérêt de la vie si la mort

en relation

  • Mal par le mal
    2506 mots | 11 pages
  • Le mal
    8651 mots | 35 pages
  • Le mal
    705 mots | 3 pages
  • Le mal
    4132 mots | 17 pages
  • Le mal n
    477 mots | 2 pages
  • Le mal
    1774 mots | 8 pages
  • Le mal
    4745 mots | 19 pages
  • Le mal
    3788 mots | 16 pages
  • Le mal
    615 mots | 3 pages
  • Le mal
    5805 mots | 24 pages