le mariage consanguin

1421 mots 6 pages
INTRODUCTION

Le choix du conjoint est à priori une affaire individuelle qui ne concerne que les futurs conjoints. Mais, dans notre société comme dans d'autres, le choix du conjoint est parfois moins libre qu'on ne l'imagine. Autrefois, le cousin avait le droit exclusif d’épouser sa cousine. La famille peut aller jusqu’à obliger les deux partenaires à se marier sans qu’ils n’aient le moindre penchant l’un pour l’autre. Cela est d’autant plus vrai chez les familles riches qui tiennent à garder la fortune familiale à l’abri des «étrangers». Ce mariage était également fréquent chez les familles nobles qui tiennent à ce que la descendance ait un «sang bleu».
Ceci étant ce type de mariage n’est pas sans conséquence sur les descendants et dans la société.
Qu’est-ce que le mariage consanguin et quelles pourraient ces impact sur les descendants et dans la société ?

A - DEFINITION
Le mariage consanguin est un mariage entre deux individus ayant au moins un ancêtre commun. Cette union augmente la probabilité de rencontres de deux allèles mutés d'où risque de réapparition de la maladie familiale récessive dans la descendance.
B - ORIGINE DU CONCEPTE DE MARIAGE CONSANGUIN
Les fondements du mariage consanguin remonte, selon Chelhob (1965), à la Jahiliya prés-islamique. Les arguments de l’auteur sont les suivants : un système patriarcal prévaut en cette période, et le témoignage ethnographique met en évidence une réticence des bédouins à marier leur fille en dehors du cercle de parenté agnatique. Dans un tel régime, les protecteurs de la femme sont les agnats, et le mariage en dehors du groupe isole la femme et l’expose à l’hostilité de la parenté féminine de son mari ; l’exogamie est aussi dangereuse du fait de la solidarité de la femme avec son groupe d’origine dans les querelles fréquentes entre tribus.
Par la suite, l’apparition de l’Islam aurait régulé le modèle endogame, en éliminant les formes d’inceste les plus extrêmes.
Le Coran modifie également

en relation

  • Code du statut personnel
    15017 mots | 61 pages
  • Guide du droit comparé marocain
    5461 mots | 22 pages
  • LES SUCCESSIONS
    14678 mots | 59 pages
  • droit comparé
    5921 mots | 24 pages
  • Droit Patrimonial
    26441 mots | 106 pages
  • rapport
    6931 mots | 28 pages
  • Code De La Famille
    29563 mots | 119 pages
  • Driot civil marocain
    29356 mots | 118 pages
  • La crise de la famille
    927 mots | 4 pages
  • Raport
    17888 mots | 72 pages