Le moi et le ça sigmund freud 1. la conscience et l’inconscient

Pages: 8 (1998 mots) Publié le: 7 mars 2010
Dans ce chapitre d’introduction, je n’ai rien de nouveau à dire et je ne puis guère éviter la répétition de ce que j’ai souvent eu l’occasion de dire précédemment.

La division du psychique en un psychique conscient et un psychique inconscient constitue la prémisse fondamentale de la psychanalyse, sans laquelle elle serait incapable de comprendre les processus pathologiques, aussi fréquents quegraves, de la vie psychique et de les faire rentrer dans le cadre de la science. Encore une fois, en d’autres termes : la psychanalyse se refuse à considérer la conscience comme formant l’essence même de la vie psychique, mais voit dans la conscience une simple qualité de celle-ci, pouvant coexister avec d’autres qualités ou faire défaut.

Si je pouvais avoir l’illusion que tous ceux quis’intéressent à la psychologie lisent cet essai, je m’attendrais certainement à ce que plus d’un lecteur, choqué par la place modeste que j’accorde à la conscience, me faussât compagnie dès cette première page et se refusât à poursuivre la lecture. Nous sommes ici, en effet, en présence du premier Schibboleth de la psychanalyse. La plupart des gens possédant une culture philosophique sont absolumentincapables de comprendre qu’un fait psychique puisse n’être pas conscient, et ils repoussent cette idée comme absurde et en contradiction avec la saine et simple logique. Cela tient, à mon avis, à ce que ces gens n’ont jamais étudié les phénomènes de l’hypnose et du rêve qui, abstraction faite de ce qu’ils peuvent avoir de pathologique, nous imposent la manière de voir que je viens de formuler. Enrevanche, leur psychologie fondée sur l’omniprésence de la conscience, est incapable de résoudre les problèmes en rapport avec l’hypnose et le rêve.

« Être conscient » est avant tout une expression purement descriptive et se rapporte à la perception la plus immédiate et la plus certaine. Mais l’expérience nous montre qu’un élément psychique, une représentation par exemple, n’est jamais conscientd’une façon permanente. Ce qui caractérise plutôt les éléments psychiques, c’est la disparition rapide de leur état conscient. Une représentation, consciente à un moment donné, ne l’est plus au moment suivant, mais peut le redevenir dans certaines conditions, faciles à réaliser. Dans l’intervalle, nous ignorons ce qu’elle est; nous pouvons dire qu’elle est latente, entendant par là qu’elle est capableà tout instant de devenir consciente. En disant qu’une représentation est restée, dans l’intervalle, inconsciente, nous formulons encore une définition correcte, cet état inconscient coïncidant avec l’état latent et l’aptitude à revenir à la conscience. Les philosophes nous adresseraient ici l’objection suivante : le terme inconscient ne se laisse pas appliquer dans le cas particulier, car aussilongtemps qu’une représentation se trouve à l’état latent, elle ne représente rien de psychique. Nous nous garderons bien de répondre quoi que ce soit à cette objection, car cela nous entraînerait dans une polémique purement verbale, à laquelle nous n’avons rien à gagner.

Mais nous avons obtenu le terme ou la notion de l’inconscient en suivant une autre voie, et notamment en utilisant desexpériences dans lesquelles intervient le dynamisme psychique. Nous avons appris ou, plutôt, nous avons été obligés d’admettre, qu’il existe d’intenses processus psychiques, ou représentations (nous tenons ici compte principalement du facteur quantitatif, c’est-à-dire économique), capables de se manifester par des effets semblables à ceux produits par d’autres représentations, voire par des effets qui,prenant à leur tour la forme de représentations, sont susceptibles de devenir conscients, sans que les processus eux-mêmes qui les ont produits le deviennent. Inutile de répéter ici en détail ce qui a été dit tant de fois. Qu’il nous suffise de rappeler que c’est en ce point qu’intervient la théorie psychanalytique, pour déclarer que si certaines représentations sont incapables de devenir...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Sigmund Freud
  • Sigmund freud
  • Sigmund freud
  • Sigmund freud
  • Sigmund freud
  • Sigmund freud
  • Sigmund freud
  • Sigmund freud

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !