Le mythe de salomé

Pages: 8 (1980 mots) Publié le: 15 septembre 2010
http://www.mediterranees.net/mythes/salome/index.html

http://www.exileesalome.online.fr/html/spectacle.htm

salomé littérature

1er texte : Bernard Lazare – La porte d’Ivoire, La vierge (1897)

Le moine Hiérocas était un Grec avisé, d'esprit fin et rusé, qui avait embrassé l'état monastique pour les avantages qu'il confère plutôt que pour les devoirs qu'il impose. Comme il était d'humeuractive et vagabonde, curieux de voir et d'apprendre, sensible aux charmes du passé, sans dédaigner les beautés du présent, il avait reculé à l'idée de se retirer dans un monastère, et, envieux de la gloire de Hannon, de Scyllax, de Pythéas et de Strabon, il avait résolu d'explorer la terre. A vingt ans, il était parti de Byzance, sa patrie, et, durant un demi-siècle, il avait couru le monde, descolonnes d'Hercule aux confins de la Scythie, des îles Cassitéries, où l'on recueille l'étain, jusqu'au pays des Sères. Lorsqu'il eut atteint soixante-dix ans, Hiérocas cessa de voyager et il se confina, pour n'en plus sortir, dans son couvent de Byzance qui était spécialement placé sous la protection de Jean le Baptiste. Il était encore, malgré les fatigues de son existence, robuste et vaillant,et il comptait sur dix ans de vie pour écrire ses voyages, qu'il voulait rendre pittoresques, vivants et aimables, à la façon du Periegesis du Lydien Pausanias.

Il était très vénéré dans le cloître ; souvent, au crépuscule, les moines se réunissaient autour de lui, et il leur lisait complaisamment quelques épisodes de ses Mémoires, leur peignant l'insupportable éclat du soleil dans les contréeséthiopiennes, les étranges brumes des mers septentrionales, la douceur chaude du vent d'Hippalus, qui mène à Taprobane, et les mystérieux parfums qui flottent sur les fleuves de l'Inde quand vient la nuit. Puis, il leur narrait de terribles ou touchantes aventures, et surtout leur disait les légendes sacrées qu'il avait recueillies en errant en Palestine, s'attachant malicieusement à leur ensignaler les contradictions, car son scepticisme s'était accru avec l'âge. Ce jour-là, jour de la décollation du Précurseur, après le repas du soir, et comme on était assis dans le jardin, un novice demanda à Hiérocas s'il ne connaissait rien touchant la vie ou la mort du Baptiste. Hiérocas réfléchit un instant, regardant dans le lointain le soleil qui tombait dans la mer, puis il fit venir le noviceà ses côtés, et les moines s'étant rapprochés, tendant le cou comme des enfants avides d'entendre, il dit :

«Que pourrais-je vous apprendre sur celui qui est notre protecteur ? Vous connaissez sa vie de prophète, vie de macérations, d'abstinences, dont il n'interrompait la rigueur que pour invectiver ses ennemis qui furent assurément les ennemis de la vraie foi. Quant à sa mort, elle estinoubliable, et l'artiste qui a composé la mosaïque de notre chapelle a su l'embellir encore par le charme de son art. Ce n'est donc pas de Jean que je voudrais vous entretenir, mais de celle qui fut sa bourrelle. Il ne faut pas mal penser d'Hérodiade, et il importe d'oublier, en parlant d'elle, les légitimes injures dont l'accablèrent des saints et des docteurs, car ces saints et ces docteurs étaientdes hommes passionnés, et le caractère même de leur passion les empêchait de comprendre les passions des autres et de saisir la nécessité de certaines actions. Avez-vous jamais songé qu'il eût été effroyable que le Baptiste ne fût pas supplicié ? Il fallait évidemment qu'il fût décollé, et Hérodiade a été l'instrument divin. Ne croyez cependant pas à un miracle spécial : c'est par des voiesnaturelles qu'Hérodiade fut conduite à agir de la façon que vous savez ; elle obéit à ses vertus, à ses défaillances et à son énergie ; elle fut guidée par sa nature et par son esprit. Voici ce que j'ai appris d'elle : vous me pardonnerez si ce récit contredit votre croyance à son égard et si la peinture que je vais faire d'Hérodiade ne s'accorde pas avec l'image d'elle que vous vous êtes formée....
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Salomé
  • Salomé
  • Salome
  • Salomé
  • Salomé
  • Salomé
  • Salomé
  • Salomé

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !