Le nain - Par Lagerkvist - Preface

495 mots 2 pages
Bienvenue dans le monde de Piccolino, nain haïssable et monstrueux oeuvrant à la Cour d’un Prince puissant d’Italie, en pleine époque Renaissance.
Pär Lagerkvist fait de son nabot une concentration de d’abominations traitant de la question de l’homme et de l’humanité.
Dans un premier paragraphe vous apprendrez pourquoi Par Lagerkvist a décidé de traiter cette question de l’homme et l’humanité. Puis vous découvrirez alors un paradoxe reposant sur le personnage principal et sur le raisonnement de l’auteur qui s’avère moderne.
Par Lagerkvist (1891-1974) obtint en 1951 le prix Nobel de la littérature grâce à cet ouvrage. Reconnu dans son pays natal, la Suède, il se fait cependant discret dans le monde de la littérature dite « populaire », malgré des thèmes de lecture réels et actuels. Poète puis dramaturge, on retrouve les mêmes obsessions et atmosphères dans les romans de cet écrivain polyvalent. Cette histoire de nain machiavélique dans le contexte de la Renaissance Italienne a été écrite lors de la seconde guerre mondiale (1944). On ne peut s’empêcher d’y trouver des messages contemporains, notamment sur le sens de la vie, sur le châtiment, la justice la folie, la solitude, l’ambition, la perversion, le lien entre science et pouvoir et l’utilisation qui en est faite en temps de guerre. Piccolino n’est pas un bouffon comique. Personnage aigri, haineux et sans pitié, il observe la cour et ses codes. Il est l’unique nain de la cour, sa difformité considérée comme une malédiction divine amuse souverains et invités. Son vieux visage enfantin et sa petite taille le rendent inoffensif pour les autres. En raison de son apparence physique Piccolino estime qu’il n’est pas humain, mais d’une autre race. Il est intelligent et profite de son rang pour décortiquer tous les travers des hommes. Paradoxalement le nain se croit supérieur aux hommes. « Personne ne me soupçonne car personne ne sait qui je suis. ». Cette citation illustre bien la réalité du roman. Outre

en relation

  • Manager en toutes lettres
    152562 mots | 611 pages
  • 2009 eyrolles manager en toutes lettres MANAG
    142989 mots | 572 pages
  • Marketing
    142999 mots | 572 pages