Le nomadisme, dans le survenant, créé le bonheur puisque que le nomade est maître de lui-même.

Pages: 5 (1213 mots) Publié le: 15 août 2010
Étape 1 : Plan du développement

|Argument principal 1 |
|     Le nomadisme, dans Le Survenant, créé le bonheur puisque que le nomade est maître de lui-même. |
|Sous-argument 1.1 |Sous-argument 1.2|Sous-argument 1.3 |
|     Le nomade ne doit rien à personne. |     Le nomadisme, dans Le Survenant, enlève|     Le nomadisme, dans Le Survenant, permet au |
| |toute responsabilité au personnage. |personnage d’être sélectif. |
|Illustration 1.1|Illustration 1.2 |Illustration 1.3 |
|      « -Tente-moi pas, Angélina. C’est |       «-Je veux pas rien dire de trop, |      « De mon bord, si j’aime pas l’ordinaire, |
|mieux. |monsieur Beauchemin, mais j’ai vu votre |pas même le temps de changer de hardes et je |
|À grandes foulées, il seperdit dans la |Survenant ben en fête à Sorel. Il tenait pas|pars. » P.43 |
|nuit noire. » P. 196 |sur ses jambes. » P. 125 | |
|Explication 1.1 |Explication 1.2 |Explication 1.3 ||     Le Survenant, bien qu’il ait passé du |     Le Survenant était parti avec l’argent |     Le Survenant, s’il n’aime pas la place, part|
|bon temps avec Angélina, refuse son offre |pour aller à Montréal. Son absence de |en espérant trouver mieux ailleurs. Il ne |
|et part sans aucun remord. Il quitte |responsabilité l’emmena à dépenser cette |s’attardera pas à uneplace où il n’y est pas à |
|également Didace et les Beauchemin sans |argent à Sorel. Il est maître du moment et |son aise. |
|aucun mot. Sa vient lui appartient, et il |de sa personne. | |
|est le seul maître de sa destinée. | ||

|Argument principal 2 |
|     Le nomadisme dans Le Survenant, apport du bonheur puisqu’il permet au personnage d’être plus instruit que la moyenne. |
|Sous-argument 2.1|Sous-argument 2.2 |Sous-argument 2.3 |
|     Le nomadisme permet au personnage |     Le nomadisme apporte un bagage de métier|     Le nomadisme ouvre l’esprit du personnage. |
|d’avoir de bonnes connaissances |différent. | |
|gastronomiques| | |
|Illustration 2.1 |Illustration 2.2 |Illustration 2.3 |
|      « De la soupe à la perdrix ! Là vous |      « Je sais pas grand-chose, Amable |      « Vous autres, vous savez pas ce quec’est|
|avez commis un vrai péché, la petite mère, de|Beauchemin, mais j’en sais assez long pour |d’aimer à voir du pays, de se lever avec le |
|gaspilles du bon manger de même ! La perdrix,|pas faire une offre que je serais pas capable|jour, un beau matin, pour filer fin seul, le pas|
|on la mange aux choux avec des épices et des |de tenir. Le canot aurait pas de faux côtés |léger, le...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Le bonheur du survenant passe par le nomadisme
  • Le bonheur dans le nomadisme dans le survenant
  • Le bonheur dans le survenant réside-t-il dans le nomadisme?
  • Est-ce que le bonheur dans le survenant réside dans le nomadisme
  • Est-il vrai d’affirmer que, dans Le Survenant, le bonheur réside dans le nomadisme ?
  • Est-il vrai d’affirmer que, dans le survenant, le bonheur réside dans le nomadisme ?
  • Est-il vrai d'affirmer que, dans Le Survenant, le bonheur réside dans le nomadisme.
  • Peut-on affirmer que dans le survenant, le bonheur réside dans le nomadisme?

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !