Le père goriot

6752 mots 28 pages
Lecture première : p : 35 (pp.74-76) « Ce jeune malheur ressemblait à un arbuste aux feuilles » à «le cri de douleur exprime encore l’amour »
Balzac fait, dans le père Goriot, le portrait de la paternité. Goriot est le Christ de la paternité. Délaissé par ses deux filles qu’il adore, il finira par mourir abandonné d’elles dans le dénuement le plus total. Avant même que l’auteur introduise le portrait des deux filles de Goriot, il fait celui d’un contre-exemple, la fille abandonné du père, qui vit dans une misère forcée par le désintérêt paternel et le mépris du frère préféré par le père. Victorine Taillefer est une malheureuse enfant qui vit dans la pension Vauquer comme une jeune pousse croîtrait maladivement plantée dans un sol contraire à son épanouissement. Balzac pratique la physiognomonie qui passait pour science de son temps : les traits physiques expriment les caractères secrets de l’âme parce qu’ils sont la résultante des énergies vitales en œuvre dans la personne de l’homme ou la femme qui les porte. 1) C’est l’énergie vitale qui est contrariée dans la personne de Victorine Taillefer, 2) elle est victime d’un père impitoyable dont la seule idée est de choisir celui à qui il transmettra son bien, 3) mais malgré l’injustice grossière qui lui est faite elle reste cette créature tout d’amour, incapable d’haïr comme plusieurs héroïnes balzaciennes, toute d’abnégation et d’oubli de soi. 1) Le portrait d’une jeune-fille maladive : a) La jeune pousse contrariée : pour faire le portrait de Victorine, Balzac recourt à une métaphore botanique, elle est : « un arbuste aux feuilles jaunies ». Ce qui la caractérise d’emblée c’est un physique maladif, elle pousse sur un terrain contraire à son épanouissement : « fraîchement planté dans un terrain contraire ». Elle a la pâleur exsangue des féminités exsangues. La chlorose est une déperdition d’énergie chez la femme, une langueur exacerbée, un étiolement de l’être destiné à la fécondité. Cet arbuste aurait

en relation

  • Père goriot
    2960 mots | 12 pages
  • Le père goriot
    2978 mots | 12 pages
  • Le père goriot
    2849 mots | 12 pages
  • Le père goriot
    2461 mots | 10 pages
  • Le pere goriot
    331 mots | 2 pages
  • Le père goriot
    4262 mots | 18 pages
  • père goriot
    1716 mots | 7 pages
  • pere goriot
    13770 mots | 56 pages
  • le père Goriot
    1528 mots | 7 pages
  • le pere goriot
    552 mots | 3 pages