Le pantouflage

2618 mots 11 pages
Il ressort d’un article issu du journal le Monde en date du 19 octobre 2006, que « l’Administration ne sait pas gérer les ressources humaines »

Ce qui pourrait d’ailleurs être l’une des causes du pantouflage.
Le pantouflage peut être définie comme le départ d’un agent public ou fonctionnaire du service de l’Etat, pour aller vers le secteur privé, ou le secteur économique (ce dernier pouvant être privé ou public). Or vu la diminution du nombre d’entreprise publiques, ces deux approches tendent à converger.
Ce départ peut être fait en payant une somme d’argent la pantoufle, correspondant aux frais de formation engagés par l’Etat.

De prime abord, ce départ vers le secteur privé peut paraître étonnant.
En effet, le système de la carrière (ou fermé) n’offre-t-il pas des garanties suffisantes ?
De par la séparation du grade et de l’emploi, et de la sphère administrative et politique, le fonctionnaire bénéficie d’une stabilité de l’emploi. Ce dernier peut perdre son emploi, mais non son grade, et peut faire l’objet d’un reclassement. Par ailleurs il ne quitte pas nécessairement ses fonctions en cas de changement politique. L’agent dispose d’une évolution au cours de sa carrière, lié au mérité et à l’ancienneté.

Malgré ceci, il existe un mouvement vers le secteur privé, le système de la carrière ne serait alors pas si fermé, mais poreux. Ce qui témoigne d’ailleurs d’une dynamique au sein de l’administration, n’ayant plus un caractère routinier, comme le dénonçait M. weber.

Cette sortie vers le privé, ou le monde économique, peut être rattaché à la liberté d’entreprendre et a la prohibition des engagements perpétuels. La liberté d’entreprendre, permet à tout individu d’exercer l’activité souhaitée, dans une limite légale.

En effet, le fonctionnaire, doit répondre à une certaine éthique, celle de la déontologie notamment via la discrétion professionnelle, ou encore le loyalisme.
Cette morale professionnelle s’étend même hors du service du fonctionnaire.

en relation

  • L'oligarchie élémentaire
    34062 mots | 137 pages
  • Elite politico ad
    551 mots | 3 pages
  • Sociologie politque et electorale
    2248 mots | 9 pages
  • Ethique des collectivités locales
    3007 mots | 13 pages
  • Déontologie de la fonction publique
    484 mots | 2 pages
  • Dépense publique
    925 mots | 4 pages
  • Le statut de la parole du fonctionnaire
    659 mots | 3 pages
  • Le système bancaire et son évolution
    789 mots | 4 pages
  • Sexisme à l'embauche
    1245 mots | 5 pages
  • Evolutions récentes du régime de croissance
    1743 mots | 7 pages