Le Passé simple Revolution

4257 mots 18 pages
Joel Joseph
Devoir de Recherche
Docteur Carla Calarge
Avril, 2015 Le Passé simple, un Roman révolutionnaire

Introduction
Le roman « Passe Simple » est l’une des œuvres littéraires les plus bouleversantes de la société marocaine. Driss Chraïbi occupe le devant de la scène dans la société marocaine en se montrant très critique à sa famille, son pays, la religion islamique et toutes ses pratiques. L’ouvrage est accueilli avec beaucoup de surprises surtout à cause de sa publication dans un contexte ou le pays est en train de se battre pour l’indépendance. C’est une œuvre littéraire qui s’élève contre les pratiques traditionnelles que personne n’osait critiquer auparavant.
A l’heure où les nationalistes marocains luttaient pour leur indépendance de la métropole française, le passe simple est venu comme une douche froide a ce combat puisqu’il s’attaque aux injustices qui caractérisent le système établi. Cet essai se propose de mettre en évidence le caractère révolutionnaire du roman à plusieurs niveaux. On discute ce roman comme l’annonce d’une rupture a la période littéraire précédente et on fait le point aussi sur la révolte de l’ouvrage contre le patriarcat, la condition féminine et ce qu’il appelle les pseudo-représentants de l’Islam.
Situer l’auteur par rapport à la portée de son œuvre est d’une grande importance puisque l’auteur n’a pas choisi d’écrire dans l’abstraction. Il est important de préciser que l’auteur lui-même explique la signification du nom donné à son roman. Il affirme que le mot passé indique son passé personnel et qu’il utilise l’adjectif simple pour le qualifier. Il montre aussi que cet avec un sentiment de joie que le jeune marocain décide de partir pour la France. Il arrive même à considérer ce départ comme une victoire en disant : « Pas un gramme de mon passé ne m'échappe, il défile il est simple : j'ai joué, j'ai gagné (p. 272). Cela sous-entend qu’il en avait marre des pratiques de la société marocaine. En fait,

en relation

  • Germinal
    811 mots | 4 pages
  • Du consulat à l'empire : ni bonnet rouge, ni talon rouge, je suis national
    2491 mots | 10 pages
  • Le lac de lamartine
    1160 mots | 5 pages
  • Commentaire germinal
    5100 mots | 21 pages
  • Le prince de machiavel
    962 mots | 4 pages
  • commentaire compose
    866 mots | 4 pages
  • Ezgregrs
    2598 mots | 11 pages
  • Biographie courte de flaubert
    5013 mots | 21 pages
  • Le sens de l'histoire
    2566 mots | 11 pages
  • Le développement de l'entreprise
    664 mots | 3 pages