Le plus beau vers de la langue francaise

745 mots 3 pages
Le plus beau vers de la langue française
« Le geai gélatineux geignait dans le jasmin »
Voici, mes zinfints
Sans en avoir l’air
Le plus beau vers
De la langue française.
Ai, eu, ai, in
Le geai gélatineux geignait dans le jasmin…
Le poite aurait pu dire
Tout à son aise :
« Le geai volumineux picorait des pois fins »
Eh bien ! non, mes zinfints.
Le poite qui a du génie
Jusque dans son délire
D’une main moite
A écrit :
« C’était l’heure divine où, sous le ciel gamin,
LE GEAI GÉLATINEUX GEIGNAIT DANS LE JASMIN. »
Gé, gé, gé, les gé expirent dans le ji.
Là, le geai est agi
Par le génie du poite
Du poite qui s’identifie
À l’oiseau sorti de son nid
Sorti de sa ouate. bah g parlé du registre, de la forme du poème et tout... moque de la langue francaise
J'ai dit aussi que le vaco du texte le rendé pa tro compréhensible... voca * zinfints= enfants poite= poete ouate =coton
Ai, eu, ai, in
Le geai gélatineux geignait dans le jasmin… si tu regarde bien ai eu ai in c'est la fin du mot a chaque fois

il devvine qon le comprend pa et explique en gros c'est comme si le poete était un prof et qu'il devant c'est zinfints on va dire eleve enfete c'est un prof qui raconte l'histoire du poete

Résumé:
Dans cette période où toutes les valeurs sociales, culturelles et artistiques sont remises en question, René de Obaldia met en scène de façon parodique une professeur de français menant un cours devant ses élèves : une explication de texte sur ce que le maître estime être le plus beau vers de la langue française.
On va montrer comment l'auteur à travers cette parodie nous livre une satire fantaisiste non seulement sur la façon dont on enseigne la littérature mais aussi sur la conception traditionnelle de la poésie.
Extrait du document:
Ce poème est formé de neuf strophes, de longueur inégale constituée de vers libres et d'alexandrins parfaits reprenant le prétendu plus beau vers de la langue française. Ce vers revient comme un refrain. Si les

en relation

  • Le plus beau vers de la langue française, étude linguistique
    1216 mots | 5 pages
  • lecture analytique de René de Obaldia, Innocentines
    1175 mots | 5 pages
  • Dissertation pléiade
    2191 mots | 9 pages
  • René de obaldia : innocentines
    274 mots | 2 pages
  • Langage cuit
    3198 mots | 13 pages
  • Commentaire - marbeuf
    1017 mots | 5 pages
  • Enseignement
    27682 mots | 111 pages
  • Dissertation : la vie de famille représente-t-elle une source de contraintes ou un facteur d’épanouissement ?
    2469 mots | 10 pages
  • Anthologie de 5 poèmes
    2456 mots | 10 pages
  • Preface
    1898 mots | 8 pages