Le pouvoir de machiavel à foucault

2648 mots 11 pages
Le pouvoir de Machiavel à Foucault

Le pouvoir est devenu l'élément central du politique à l'époque moderne et contemporaine, même si des conceptions sur le meilleur gouvernement ou la société idéale ont tenté de faire prévaloir d'autres concepts. Toute réflexion sur les institutions, les lois, la justice, le droit, le gouvernement, l'homme d'Etat reconduit inévitablement au pouvoir. C'est en revenant ainsi au pouvoir que la pensée rejoint le réel. Machiavel n'entendait pas faire autre chose lorsqu'il affirmait au chapitre XV du Prince “ mi è parso più conveniente andare drieto alla verità effettuale della cosa, che alla imaginazione di essa ” .
Mais qu'est-ce que le pouvoir ? Comment se constitue-t-il ? Par quelles voies s'inscrit-il dans les articulations de la société ? Quels sont ses modes d'institutionnalisation dans les structures juridico-politiques et les codes sociaux qui pérennisent la domination et reproduisent l'obéissance ? Quels sont ses modes de légitimation ? A-t-il une histoire ?
Le présent ouvrage, Figures du pouvoir, entend répondre à ces questions à travers une double interrogation. 1/ Si le pouvoir n'est pas une essence immuable, quelles sont les figures qui l'ont successivement défini à l'époque moderne et contemporaine ? 2/ Le pouvoir n'est pas séparable de la manière dont il est exercé : comment penser le rapport entre structures de pouvoir et formes de gouvernement en particulier dans les démocraties contemporaines ?

Les réponses apportées ont pour objet de déterminer la mesure dans laquelle nous serions sortis aujourd'hui des catégories sur lesquelles la politique moderne s'est construite.

Les deux premières parties de l'ouvrage concernent des catégories de la modernité politique liées à celle de pouvoir : la patrie, le héros, l'histoire, le droit naturel. La troisième s'efforce de penser le présent politique à travers une réflexion sur le gouvernement de la démocratie aujourd'hui où se trouvent engagés des enjeux aussi

en relation

  • Science politique
    2457 mots | 10 pages
  • Résumé de lecture
    3797 mots | 16 pages
  • Droit administratif
    20433 mots | 82 pages
  • Cours théorie politique s.chapel
    31681 mots | 127 pages
  • Le prince machiavel
    1722 mots | 7 pages
  • Douze hommes en colere
    1525 mots | 7 pages
  • Philo
    361 mots | 2 pages
  • la négritude de seghor chant d'ombre
    2931 mots | 12 pages
  • Loi du plus fort
    515 mots | 3 pages
  • « Malheur à la ville dont le prince est un enfant » l’ecclésiaste
    2399 mots | 10 pages