Le progres

729 mots 3 pages
Faut-il, selon vous, condamner le progrès ?

Le 8 août 1945, Albert Camus écrivit dans Combat « Il va falloir choisir […] entre le suicide collectif ou l’utilisation intelligente des conquêtes scientifiques.» Il fait, bien sur, référence à la bombe atomique qui éradiqua Hiroshima deux jours plus tôt. La balance des avancées oscille sans cesse entre espoir et désillusion. Sommes-nous nostalgiques de nos connaissances passées ? Devons-nous blâmer le perpétuel progrès ? Il faudrait mettre en exergue l’ambivalence du progrès. Il est devenu, d’une part, indispensable et totalement inhérent à notre mode vie mais a, d’autre part, certains côtés négatifs non négligeables.

Le progrès est, par extension, la marche en avant d’une civilisation et donc le pilier de toute entreprise humaine. D’ores et déjà, nous n’avons pas assez de recul pour juger des conséquences de nos dernières créations et de nos dernières avancées techniques ou scientifiques. Nous ne verrons que dans quelques années voire quelques décennies les véritables effets et alors seulement nous pourrons statuer sur nos prouesses ou nos échecs. A l’instar du développement durable qui ne nous laisse entrevoir que des suppositions quant à son aboutissement. Nous ne pouvons pas condamner les conséquences du progrès si nous ne les connaissons pas encore. D’un point de vue médical, les avancées scientifiques ont permis de rendre la vie, plus aisée. De fait l’espérance de vie et sa qualité se sont vues augmenter et améliorer. C’est notamment le cas grâce à la médecine nucléaire qui permet une extrême précision de l’imagerie physiologique. Il est possible, aujourd'hui d'étudier quasiment tous les systèmes du corps humain. La médecine nucléaire trouve donc des applications dans toutes les spécialités médicales. Il paraît difficile, du moins d’un point de vue scientifique, de stopper ou de condamner ces avancées. De plus, la technique s’est définitivement mise au service de l’homme. En effet, quel

en relation

  • Le progrès
    564 mots | 3 pages
  • Le progrès
    314 mots | 2 pages
  • Progrès
    932 mots | 4 pages
  • Le progrés
    1650 mots | 7 pages
  • Progres
    2455 mots | 10 pages
  • Le progrès
    310 mots | 2 pages
  • progrès
    2052 mots | 9 pages
  • progres
    1069 mots | 5 pages
  • le progrès
    3451 mots | 14 pages
  • progrès
    411 mots | 2 pages