le rêve

951 mots 4 pages
Nos rêves quelque soit leur nature, défigure ou reconfigure la réalité. Ils sont une puissance ambivalente qui peut nous servir ou nous desservir. Pour certain l’imagination est au cœur de nos rêves, c’est une puissance créatrice, qui est la reine des « faculter ». le rêve montre la capacité de notre esprit à créer des images nouvelles. Pour d’autre, c’est une puissance qui nous empêche d’agir en nous perdant, en nous induisant en erreurs. Selon l’histoire, ces 2 points de vue on variés : jusqu’au XVIIIème siecle, l’imagination du rêveur est condamné, Descartes 1596-1650, Blaise pascal 1623-1662, Spinoza 1632-1677 et Kant 1724-1804 démontrent la puissance du rêve sur l’homme qui l’égard, son caractère vain et inutile égocentrique qui annule la maîtrise.
Au XIXème siècle Rousseau réhabilite le rêve. Il devient une possibilité pour l’homme d ‘échapper à la réalité qui l’entour, de dépasser les apparence trompeuses pour vivre autrement. Les romantiques, les symbolistes, les surréalistes, affirme la puissance créatrice du rêve voir son extra lucidité.
Au XXème siècle, des auteurs philosophe comme Sartres, gaston bachelard démontre la nécéssité de rêver pour accéder a la connaissance. Freud et l’approche psychanalytique voit dans le rêve l’accomplissement d’un désir inconscient et le symptôme d’une névrose.
Question : faut-il se méfier ou s’abandonner au rêve ?

quel part de rêve entretenir dans sa vie ?

Rêver au rêvasser est souvent déprécier parce que ce n’est pas une activité tangible. On l’associe à une stérilité de la conscience, un état qui coupe du monde, de son quotidien et qui l’empêche de comprendre la réalité. Le rêve est source d’également, il prive l’individu de sa raison et le pousse à préférer le songe à la réalité (cf. inception ) Quand le rêve détourne de ses activité, rêver est alors considérer comme une perte de temps.
Il dresse un éloge au rêve comme temps perdu et à la paraisse souvent considérer comme une pêcher. Il désacralise

en relation

  • le reve
    808 mots | 4 pages
  • Le rêve
    275 mots | 2 pages
  • Rêve
    305 mots | 2 pages
  • Rêve
    342 mots | 2 pages
  • Le rêve
    329 mots | 2 pages
  • le rêve
    321 mots | 2 pages
  • le reve
    795 mots | 4 pages
  • Le rêve
    6796 mots | 28 pages
  • Sur le rêve
    1072 mots | 5 pages
  • LE REVE
    972 mots | 4 pages