Le rôle pervers des banques d'affaires

956 mots 4 pages
Le Monde.fr : Imprimez un élément

Page 1 of 2

Point de vue

Le rôle pervers des banques d'affaires, par Alain Godard
LE MONDE | 29.10.08 | 13h10 • Mis à jour le 29.10.08 | 13h10

e m'interroge sur les dangers de la seule logique financière dans la conduite des entreprises." C'était, le 11 juillet 2001, le titre d'une interview que j'avais donnée au Monde en tant que président démissionnaire d'Aventis CropScience, en désaccord avec sa vente à Bayer, qui allait entraîner une nouvelle restructuration pour cette entreprise mondiale de 15 000 personnes. Cet entretien fut à l'origine de tensions fortes avec mes ex-collègues du comité exécutif... Sept ans plus tard, la crise financière délie les langues : on peut enfin parler du rôle pervers et malsain des banquiers d'affaires. Toutefois, peu d'observateurs se retournent sur la responsabilité de ces mêmes banques d'affaires sur la destruction de notre paysage industriel au cours des quinze dernières années : elles sont pourtant à l'origine de nombreuses restructurations ou fusions qui n'avaient aucune justification industrielle réelle. L'approche était fort simple : 1) Les banques mettent au point des produits financiers dérivés qui rapportent au moins 15 % par an. 2) Les mêmes banques poussent les actionnaires des groupes industriels à exiger une rentabilité au moins équivalente : comme on en est loin, on incite les entreprises à restructurer, puis à opérer des fusions ou acquisitions sur lesquelles les banquiers prospèrent. 3) Puisqu'il faut parallèlement obtenir le soutien ou au moins la neutralité des cadres dirigeants, les cabinets spécialisés sont mandatés pour démontrer que leurs salaires sont en retard sur "le marché" : si j'en juge par mon cas, les salaires des équipes dirigeantes sont multipliés par dix en quinze ans, et l'attribution de stock-options vient doubler la donne. L'évolution du groupe Rhône-Poulenc, aujourd'hui disparu, est représentative de cette période. En 1997, après une résistance

en relation

  • Contrôle de gestion
    1114 mots | 5 pages
  • Macro économie
    7203 mots | 29 pages
  • Les agences de notation
    2480 mots | 10 pages
  • la liberalisation finaciére et crise bancaire
    2350 mots | 10 pages
  • La régulation du secteur bancaire
    1408 mots | 6 pages
  • Impact des innovations financières sur l'économie réelle
    3958 mots | 16 pages
  • SES - Le financement de l'économie
    1991 mots | 8 pages
  • Marches financiers
    1432 mots | 6 pages
  • Je suis amoreux
    5963 mots | 24 pages
  • Prix nobel d'économie 2011
    1491 mots | 6 pages