Le rire

290 mots 2 pages
Peut-on rire de tout?

La liberté d’expression semble être l’un des fondements de notre monde moderne.
Dans l’Ancien Régime, la censure au sens strict était d’application. Les propos injurieux, diffamatoires, mais aussi les plaisanteries contenues dans les satires étaient expurgés.
Aujourd’hui, comme le rire semble bien l’expression la plus heureuse de la liberté d’expression, ne vit-on pas à une époque où l’on pourrait rire de tout ? La liberté d’expression semble être l’un des fondements de notre monde moderne.
Dans l’Ancien Régime, la censure au sens strict était d’application. Les propos injurieux, diffamatoires, mais aussi les plaisanteries contenues dans les satires étaient expurgés.
Aujourd’hui, comme le rire semble bien l’expression la plus heureuse de la liberté d’expression, ne vit-on pas à une époque où l’on pourrait rire de tout ? La liberté d’expression semble être l’un des fondements de notre monde moderne.
Dans l’Ancien Régime, la censure au sens strict était d’application. Les propos injurieux, diffamatoires, mais aussi les plaisanteries contenues dans les satires étaient expurgés.
Aujourd’hui, comme le rire semble bien l’expression la plus heureuse de la liberté d’expression, ne vit-on pas à une époque où l’on pourrait rire de tout ?La liberté d’expression semble être l’un des fondements de notre monde moderne.
Dans l’Ancien Régime, la censure au sens strict était d’application. Les propos injurieux, diffamatoires, mais aussi les plaisanteries contenues dans les satires étaient expurgés.
Aujourd’hui, comme le rire semble bien l’expression la plus heureuse de la liberté d’expression, ne vit-on pas à une époque où l’on pourrait rire de tout ?

en relation

  • Le rire
    1468 mots | 6 pages
  • Rire
    757 mots | 4 pages
  • Le rire
    428 mots | 2 pages
  • Le rire
    1588 mots | 7 pages
  • Le rire
    696 mots | 3 pages
  • Le rire
    311 mots | 2 pages
  • Le rire
    438 mots | 2 pages
  • Le Rire
    326 mots | 2 pages
  • Le rire
    780 mots | 4 pages
  • Rire
    894 mots | 4 pages