Le silence à t-il un sens ?

Pages: 11 (2609 mots) Publié le: 15 juillet 2011
Le silence a-t-il un sens ?

Nous savons que le langage est le moyen par lequel s'élabore la réflexion, qu'il est l'instrument
privilégié de la raison, l'outil premier de la communication: fondamentalement, il est ce qui donne un sens aux choses, aux relations humaines. Mais que faut-il entendre par le mot sens? C'est ce qui est chargé d'une intention signifiante, d'une volontéd'intelligibilité. Mais il arrive parfois que la parole s'abstienne, se taise: fasse silence. Faut-il en déduire alors que le sens disparaît? Qu'en dehors du langage, l'humanité est vouée au non sens, à l'absurde, à la solitude? Ou faut-il, au contraire, considérer que le silence a un pouvoir, possède en lui-même une capacité d'exprimer, de dire, de signifier? Qu'il est, d'une certaine façon, une parole muette?En d'autres termes: le silence a-t-il un sens? Tel est l'enjeu paradoxal auquel nous sommes conviés: le silence dispose-t-il des mêmes privilèges que la parole? Contient-il une richesse signifiante et secrète?

[1. Densité du silence]

Il faut sans doute revenir sur le mot silence et le cerner plus justement. Ce que nous appelons, ici, silence n'est pas exactement l'absence de son. Ce silencepur, ce vide parfait n'est qu'une hypothèse purement théorique. De fait, le bruissement de la vie ne s'interrompt jamais. Parler d'un silence absolu c'est peut-être confondre le silence et le néant. En réalité, ce que nous appelons silence n'est pas autre chose que l'absence de parole. Et c'est précisément ce retrait de la parole qui peut être chargé de significations; c'est cette parole suspenduequi peut faire sens. C'est donc cette volonté de silence, cette parole indésirable ou inopportune, qu'il faut tenter d'analyser.
Nous connaissons tous ces silences lourds de sens: silences du recueillement, de la gêne, de
l'admiration, etc. Les comédiens, les musiciens en savent bien la profondeur, Mais si l'on veut
s'engager dans une sorte d’exégèse du silence, si l'on veut lui donner ladignité d'une signification, il faut le considérer comme un au-delà de la parole, comme ce qui reste après que tout a été dit. Comme si le silence était la forme purifiée de la parole. De ce point de vue, l'expérience mystique nous fait, peut-être, entrevoir cet au-delà du langage. Partons de la Bible. Certes, nous sommes là en présence de la religion du Livre, de l'écrit; certes, l'autre nom de Dieuest le Verbe, le Logos: il est celui qui, par sa parole, fait exister le monde, dicte la Loi, inspire les prophètes. Cela dit, la Bible est aussi habitée par de grands silences: silence de Dieu devant la misère absolue de Job auquel répond d'ailleurs le propre silence de Job ( « Alors je me tais, et je veux mourir. » Job, XIII, 19 ) ; silence du Christ devant ses juges, durant sa Passion, tableaumuet de sa mort sur la croix. Ces silences appellent sans doute le silence, l'intensité du recueillement intérieur. Ils semblent nous dire que tout ne peut être dit, qu'accéder au silence est la voie même de la méditation spirituelle. Tel semble bien être, d'ailleurs, ce que nous pouvons comprendre de l'expérience mystique. Mais quelle est la nature de cette expérience? Et qu'est-ce qu'unmystique? Ceux qui ont connu cette illumination soutiennent qu'on ne peut rien en dire et que tout ce qu'on en dit ne vaut rien. Peut-être faut-il comprendre ici que, précisément, il n'y a rien à comprendre et qu'essayer de comprendre est même la meilleure façon de ne jamais rien comprendre. Mais si cette expérience est fermée à toute approche rationnelle, on peut, néanmoins, décrire l'état qu'ellesuscite. Que nous en disent Saint Augustin, Sainte Thérèse d'Avila, Saint Jean de la Croix? Tous semblent présenter l'état mystique comme un état d'extrême passivité. Saint Jean de la Croix le définit ainsi : « Connaissance amoureuse de Dieu infuse. » Tentons de comprendre cette définition. Elle dit que, dans l'expérience mystique, Dieu n'est pas atteint spéculativement, c'est-à-dire par les voies du...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • De la parole au silence et du silence à la parole
  • De la perte des sens à la perte de sens de la perte de sens à la perte des sens
  • du silence à la parole
  • L'histoire a t elle un sens ?
  • L'histoire a t'elle un sens
  • Y-a t-il un sens à désirer l'impossible?
  • La ville a l'épreuve des sens
  • La poésie a t-elle un sens ?

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !